Tennis : Federer frise la perfection

La victoire du Suisse Roger Federer dans le Masters de tennis dimanche à Shanghai est à l’image de sa saison : proche de la perfection.
C’est sans doute sa victime en finale, l’Américain James Blake, surclassé (6-0, 6-3, 6-4) en une heure et demie, qui est le mieux placé pour résumer la performance du Suisse. Et ses propos ont le mérite d’être clairs : «aujourd’hui, il n’y avait rien à faire. Rien. Il est trop fort, a déclaré l’Américain. Il n’y a pas assez d’adjectifs pour qualifier son excellence, il est incroyable et le plus fort c’est qu’il joue encore mieux en finale».
Sur un nuage, Federer a en effet survolé la partie contre un Blake un tantinet émoussé, après sa plus belle saison sur le circuit et un sprint effréné pour se qualifier, en dernier, pour le Masters. Mais ce n’est pas l’Américain, 4e au prochain classement ATP, qui a mal joué. C’est Federer qui a été injouable. À chaque fois que Blake, qui n’avait rapidement plus rien à perdre, tentait le tout pour le tout, "LE" maître lui a sorti des coups de martien, irrattrapables, intouchables. Sans failles, le jeu, le physique et le mental de Federer lui ont permis de mater sans sourciller le moindre soupçon de rébellion de son adversaire qui, en désormais six parties, n’a gagné qu’un petit set contre le Suisse. Jamais menacé, tout juste un peu relâché en fin de match (Blake remontant de 5-2 à 5-4), le Federer Express a ainsi remporté sa 29e victoire de suite, Coupe Davis comprise.
Avec ce succès subliminal, Federer a ainsi bouclé en superman une saison au cours de laquelle il a encore repoussé ses limites, ce qui, en janvier, paraissait impossible vu son année 2005 déjà impeccable. Avec 92 victoires et douze titres, dont trois du Grand Chelem, il a établi deux nouveaux records personnels et remporté à Madrid et à Bâle quelques uns des rares tournois qui lui résistent encore.
Seul un joueur, Rafael Nadal, a empêché l’inoxydable n°1 mondial, premier joueur à gagner plus de 8 millions de dollars (8.343.885) en une année, de réaliser la meilleure saison de toute l’histoire du tennis.
Si l’Espagnol ne l’avait pas battu à quatre reprises (dont trois fois sur terre battue) au premier semestre, toujours en finale, Federer n’aurait connu qu’une seule défaite cette année, contre l’Ecossais Andy Murray, et aurait pulvérisé le meilleur bilan annuel de John McEnroe (82 victoires, 3 défaites).

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *