Tennis : Mantilla s’illustre à Rome

Felix Mantilla a mis fin à une série de revers qui dure depuis septembre 2001. L’Espagnol a signé dimanche son grand retour en remportant le premier Masters Series de sa carrière, le tournoi de Rome, grâce à sa victoire en finale face au Suisse Roger Federer, tête de série n° 4, en trois sets, 7-5, 6-2, 7-6 (10-8). «C’est incroyable. C’est le plus grand succès de ma carrière », a proclamé l’Espagnol après la fin du match. Ce quatrième Masters Series de la saison, doté de 2,450 millions d’euros, est le 10ème titre de l’Espagnol âgé de 28 ans.
Il a fallu quelque 2 h 40 min pour Mantilla avant de venir à bout de Roger Federer, cinquième au Championnat mondial ATP et logiquement donné favori dans la foulée de ces trois titres de début de saison (Marseille, Dubai, Munich). « Battre un joueur aussi fort que Roger (Federer) rend ma vistoire encore plus spéciale», estime le gagnant. Nettement supérieur au fond du court, Mantilla n’a rien laissé au hasard prenant la direction du jeu d’entrée et obligeant son adversaire à accepter de longs échanges épuisants. L’Espagnol, qui évoluait sur terre battue, sa surface de prédilection, a d’ailleurs gagné la première manche (7-5) en prenant le service du Suisse au 12ème set. Mais la réaction de Federer qui réagissait dès le début de la deuxième manche en écourtant les échanges, n’a pas ébranlé Mantilla. Le Catalan a vite fait de reprendre ses esprits. Il a profité d’une accumulation de fautes directes du Suisse pour aligner six jeux de suite et mener 2 sets à 0 (7-5, 6-2). Dans la troisième manche, Federer perdait encore deux jeux (0-2) avant de s’appuyer sur son revers pour jouer son va-tout, et reprendre la main grâce à quatre jeux d’affilée (4-2). La rencontre allait se conclure sur un jeu décisif serré à l’issue duquel Mantilla s’est offert le plus grand titre de sa carrière. Avant de dominer Federer, Mantilla avait notamment réussi à écarter deux anciens vainqueurs de Roland-Garros: son compatriote Albert Costa (2002) en 1/8e puis le Russe Yevgeny Kafelnikov (1996) en demi-finale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *