Tennis : Pour Michaël Llodra, le tournoi de Casablanca est un bordel

Le mot «souk» lancé par le joueur de tennis français Michaël Llodra a créé la polémique. «On n’est pas au souk ici, on ne vend pas des tapis sur un marché», a lancé Llodra à l’arbitre marocain Mohammed El Jennati, lors de son match face à Steve Darci, lundi 23 mai, à Roland-Garros. Llodra a tenu ces propos au cours du 2e set après avoir pris un avertissement pour avoir envoyé une balle en direction d’une hôtesse, qui ne cessait selon lui de «gesticuler» et à qui il a demandé maintes fois d’arrêter ses déplacements. En effet, Michaël Llodra s’est retrouvé donc au centre d’une polémique provoquée par un accrochage avec l’arbitre international El Jennati lors de son match de premier tour perdu contre le Belge. «C’est un joueur de tennis mal élevé et ses propos ne sont pas des propos d’un vrai sportif engagé et discipliné», a déclaré Mohamed M’jid, l’ancien président de la Fédération royale marocaine de tennis. Et de poursuivre : «Michaël Llodra devra être poussé par sa fédération de demander ses excuses à l’arbitre Mohammed El Jennati qui a une bonne réputation au niveau mondial». Par ailleurs, Michaël Llodra nie tout dérapage raciste. Il fait valoir qu’il connaît Mohammed El Jennati depuis longtemps et eût l’habitude d’échanger des plaisanteries avec lui. «Je me souviens très bien de ce que j’ai dit. Les propos ne sont pas racistes. Mohammed est un copain. On a l’habitude de rigoler ensemble hors du terrain. J’ai l’habitude de lui sortir ça depuis que j’ai participé à un tournoi à Casablanca où c’était vraiment le bordel !», a déclaré le tennisman à l’AFP.  Llodra a assuré qu’il n’avait pas agressé verbalement l’arbitre. «Je ne lui ai pas dit: Tu es un connard. Je voulais juste lui dire qu’il déconnait avec l’arbitrage en n’intervenant pas par rapport à cette hôtesse. Il aurait dû faire intervenir la sécurité. Il n’a pas fait son job», a justifié le joueur de 31 ans. Et de poursuivre que «Cela me fait beaucoup rire qu’on me prête des propos racistes», a poursuivi Llodra. «Mon témoin de mariage est congolais, ma nounou est de Kabylie. Il y a zéro-problème avec Mohammed, il y a beaucoup de respect entre nous», a conclu le joueur de tennis.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *