Tiger Woods, le retour du roi

Avant d’arriver dans l’Oklahoma pour disputer ce PGA Championship, le numéro un mondial avait une grosse pression sur les épaules. Celle d’être attendu au tournant parce qu’il s’agissait de sa dernière chance de remporter un Majeur cette saison. Pour ne pas vivre une saison blanche, comme cela lui était arrivé en 2004, le Tigre avait l’obligation de conserver son titre. Ce qu’il a fait avec brio. Après avoir pris la tête du classement vendredi, en battant au passage le record de l’épreuve avec une carte de 63, le numéro un mondial a géré son avance sans trembler.
Un score de 69 lors du dernier tour, soit un coup sous le par, lui a assuré une victoire qui aurait pu être plus nette si Woody Austin et Ernie Els n’avaient pas brillé lors de cette dernière journée.
Elle n’avait d’ailleurs pas démarré de la meilleure des façons pour Woods. Après avoir fait un bogey sur le 2, l’Américain a vu Austin revenir à deux petits coups et menacer sa première place. Le Tigre a su se ressaisir et creuser un nouvel écart avec trois birdies sur le 4, le 7 et le 8 à la clé. Mais la concurrence n’abdiquait pas pour autant. Après Austin, Els revenait à son tour sur les talons du numéro un mondial. Au départ du 13, celui-ci n’avait même plus que deux coups d’avance sur ses poursuivants.
Woods a manqué son approche sur le 13 en envoyant sa balle dans le bunker. Avant d’en ressortir de façon admirable pour sauver son par. Son bogey sur le 14 permettait ensuite à ses poursuivants de revenir à un coup. Mais le Tigre n’est jamais aussi fort que lorsqu’il est menacé. Il réagissait immédiatement avec un birdie sur le 15 et reprenait deux coups d’avance sur Austin et Els qui n’ont jamais pu combler ce retard.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *