TSC-MAS, l’arbitrage contesté

Dans le cadre de la dixième journée du play-off, le TSC a reçu son hôte le MAS. À première vue, ce dernier semblait pas tout à fait prêt pour cette rencotre. Et ceci a été confirmé par son coach Zahzouhi en fin de match. «Notre mauvaise prestation, aujourd’hui, est due simplement à une mauvaise préparation de mon équipe surtout après la défaite in extremis en finale de la coupe du trône».
Les Tihadis, avec leur pléiade de grands joueurs expérimentés, ont su profiter de certaines défaillances au niveau du rebond offensif et défensif pour prendre un bon écart de onze points (19-8), bien que les joueurs des deux formations n’aient trouvé le chemin des paniers qu’après deux minutes de jeu. Ce premier quart-temps s’achève par 21 à 8. Au cours du deuxième quart-temps, les Boukriss, Hanouni, Toumi, Bouzidi et consorts ont confirmé leur supériorité pour faire passer le score à 32-40. Après un temps mort, le coach chevronné Zahzouhi a su combler les lacunes de son équipe pour les voir ensuite réduire la marque à 35 à 28. Et à la fin de ce deuxième quart-temps, le score était de 47 à 38. De retour des vestiaires, tout le monde s’attendait à ce que les Fassis réagissent sérieusement. Ce qui ne fut pas le cas. Les hommes de M’jaed Youssef ont su garder leur marge sécuritaire de huit points pour terminer ce troisième quart-temps par 62-54. Le quatrième quart-temps, les coéquipiers de Jad Lamtarfi étaient en quelque sorte déboussolés par l’absence de leur meneur de jeu Bouhaba, malade.
À 2 minutes de la fin de la partie, la marque était de 67-61. Le MAS s’est accroché pour réduire l’écart de nouveau à 72-67, sans pour autant parvenir à prendre le dessus. À ce moment, le deuxième arbitre siffle une faute pour Tahassine. Mais le premier arbitre accorde un marché pour le TSC avant la faute. Cette décision a été fortement contestée par les Fassis et surtout de la part de Jad qui écopa d’une faute technique qui va donner 2 lancers francs et la balle à la touche. La nervosité des Jaune et Noir a été fructueuse pour les Tihadis qui ont décroché leur seconde victoire d’affilée, après celle obtenue face au WAC la saison dernière.
Le score final a été de 79 pour le TSC contre 68 pour le MAS. La faute sifflée par l’arbitre de la rencontre a suscité beaucoup de bruit de la part du banc de touche des Fassis. Selon la réglementation de la FIBA, aucun arbitre ne peut annuler ou critiquer la décision de son collègue dans la limite de leurs devoirs respectifs. Si sur un même cas, les arbitres prennent des décisions simultanées donnant lieu à des pénalités différentes, la sanction la plus grave est retenue sauf dans le cas de la double faute. «J’ai donné le marché qui a été sifflé le premier. C’est tout à fait le contraire de ce que disent les dirigeants du MAS », explique Hannafi, l’arbitre international de la partie.
De sa part, le FUS a effectué un périlleux déplacement à Tanger où il a affronté l’IRT. Les hommes de Khalid Rouass, après avoir cédé difficilement mercredi dernier lors du match retard contre le Raja par 50 à 53, étaient déterminés à changer la donne cette fois-ci face à l’équipe Rbatie, la plus redoutable du championnat. Mais le métier de Driss Houari et la cohésion de ses poulains ont fait en sorte que son équipe est sortie indemne de ce périlleux déplacement, en prenant le meilleur sur le club du Détroit par le score de 54-65. Une deuxième défaite de l’IRT qui le met systématiquement hors de la course pour le carré des AS. À signaler encore une fois que cette rencontre a connu une fin houleuse qui n’honore en aucun cas le basket-ball national.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *