Un air frais souffle chez les dames

Un air frais  souffle chez les dames

Le tennis féminin, qui se cherche désespérément de nouvelles têtes d’affiche, a peut-être trouvé deux candidates en l’Allemande Sabine Lisicki et l’Américaine Melanie Oudin, invitées surprises des huitièmes de finale à Wimbledon.
Ces jeunes femmes âgées de 19 et 17 ans ont signé samedi les deux performances les plus marquantes depuis le début de la quinzaine en s’offrant la championne de Roland-Garros Svetlana Kuznetsova (6-2, 7-5) et l’ex-N.1 mondiale Jelena Jankovic (6-7, 7-5, 6-2). Des deux nouvelles venues, Oudin est de loin la plus inattendue. Sortie des qualifications, cette jeune Géorgienne d’Atlanta, 124e mondiale, n’en est qu’à son deuxième tournoi du Grand Chelem et n’avait jamais affronté une joueuse du Top 10 avant de tenter crânement sa chance face à la Serbe.
«J’ai essayé de faire comme s’il s’agissait d’une joueuse comme une autre dans un tournoi comme un autre», a commenté la jeune fille, «totalement américaine» malgré de lointaines origines françaises.
Admiratrice de Justine Henin «parce qu’elle a prouvé qu’on pouvait devenir N.1 mondiale sans mesurer 1,85 m», Melanie Oudin (1,68 m) compense son manque de puissance par une grande vélocité et un joli coup droit. Mais sa panoplie n’a pas impressionné Jankovic. «D’après ce que j’ai vu, elle n’a pas d’arme, elle ne peut pas vous faire mal», a dit la Serbe, qui a mis sa défaite sur le compte de problèmes physiques. «J’avais la tête qui tournait», a-t-elle dit, plutôt mauvaise perdante.
Sabine Lisicki, 41e mondiale, est en revanche annoncée comme l’une des futures grandes depuis déjà quelques saisons.
Avec ses grosses premières balles, dont les plus rapides sont mesurées aux alentours de 200 km/h, l’Allemande a déjà fait parler d’elle cette année en remportant son premier titre à Charleston, avec au passage des victoires sur Venus Williams, Marion Bartoli et Caroline Wozniacki, la Danoise qu’elle retrouvera pour son premier huitièmes en Grand Chelem. Samedi, elle a profité du goût plus que modéré de Kuznetsova pour le gazon. La Russe, qui fêtait ses 24 ans, n’a jamais dépassé les quarts de finale en sept participations. Avec son jeu lifté, elle entretenait peu d’espoir de réussir le premier doublé Roland-Garros/Wimbledon depuis Serena Williams en 2002.
Dans le tableau messieurs, c’est Juan Carlos Ferrero qui a créé la surprise de la journée en battant le Chilien Fernando Gonzalez en cinq sets 4-6, 7-5, 6-4, 4-6, 6-4. Un résultat inespéré pour l’Espagnol, 70e mondial, qui n’excluait pas il y a quelques semaines de mettre un terme à sa carrière en fin de saison, lassé de courir après sa gloire passée. Pour le reste, les favoris s’en sont sortis sans trop de problèmes. Venus Williams, Dinara Safina et Ana Ivanovic, vainqueur de la demi-finaliste de Roland-Garros, l’Australienne Samantha Stosur, ont poursuivi leur route, comme dans le tableau messieurs Lleyton Hewitt et Andy Roddick. Le favori du public, Andy Murray, a encore été impressionnant face au Serbe Viktor Troicki, balayé 6-2, 6-3, 6-4. Le match à suspense entre l’Allemand Tommy Haas et le Croate Marin Cilic, interrompu par la nuit à 6-6 dans le cinquième set, s’est conclu en faveur du premier 7-5, 7-5, 1-6, 6-7 (3/7), 10-8. Les deux joueurs avaient eu deux balles de match chacun la veille.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *