Un club dans la tourmente

Un club dans la tourmente

Alors que la date du 29 juillet approche, date prévue pour la tenue de son Assemblée générale, le club du Rachad Bernoussi n’a pas encore trouvé une issue au problème qui oppose le président du club, Ahmed Ammouri, à certains membres du bureau, notamment le secrétaire général et le trésorier.
Ammouri, qui se dit victime d’une manoeuvre visant son éjection de son poste de président, a adressé récemment une lettre au Groupement national de Football lui demandant de trancher sur ce problème. Si rien n’est fait dans les quelques jours qui viennent, le président du RB compte entamer une poursuite judiciaire contre ces détracteurs qu’il qualifie de « magouilleurs ».
Preuves à l’appui, Ammouri, président du club depuis 1988, veut aller jusqu’au bout pour que lumière soit faite sur cette affaire. Tout a commencé, il y a quelques semaines. « J’ai découvert qu’il y avait des magouilles au niveau des adhérents», a déclaré celui-ci. En fait, tout a commencé quand un fan du club a dû payer 10 000 DH pour adhérer au club, alors que le tarif normal est de, seulement, 2 500 DH. Se sentant lésé, ce dernier a envoyé une lettre au GNF. « Ce n’est qu’à partir de ce moment-là que j’ai découvert qu’il y avait des adhérents qui étaient rayés et d’autres que je ne connaissais même pas », a tenu à expliquer Ammouri.
Le comble dans tout cela, selon le président, c’est que des contrats ont été signés à son insu. Le président du RB fait allusion aux contrats de transferts de trois joueurs, dont Kaoutar et Zerrouk, tous les deux transférés au Wydad de Casablanca, auxquels il faut ajouter des contrats de sponsoring, dont le montant est très important. Des contrats qui engagent la responsabilité du club. « On a commis l’erreur de leur avoir accordé trop de prérogatives », a tenu à préciser ce dernier et d’ajouter que lesdites manoeuvres ne sont pas innocentes.
En se payant un certain nombre d’adhérents et en radiant d’autres, les ennemis d’Ammari veulent rassembler le plus grand nombre de voix en prévision des prochaines élections et dont l’objectif, selon ce dernier, est de faire élire un nouveau président. Prévue, d’abord pour le 9 juillet, la demande de la tenue de l’AG a été rejetée par le GNF, vu le nombre des assemblées générales qui se tenaient ce jour-là. Les adversaires d’Ammouri ont choisi comme autre date le 17 du mois courant, mais cette fois-ci pour une Assemble générale extraordinaire. Tentative avortée. « Car le GNF considérait cette assemblée comme illégitime », a fait savoir celui-ci. Pour trancher, le GNF devra examiner les rapports des deux parties.
Le premier est celui du président, qui se dit disposer de toutes les preuves tangibles, et celui de ses adversaires, qui, selon lui, manquent de justificatifs. « Nous avons déclaré entre 43 et 49 adhérents, alors qu’eux ils ont déclaré seulement 22 ». En attendant le verdict, le président du RB a déjà suspendu et le secrétaire général et le trésorier, qui les accusent d’être derrière toutes ces manoeuvres. Plus encore, il est allé jusqu’à geler les activités de certains membres, qui, selon lui, sont impliqués dans cette affaire. « On leur a demandé des justificatifs. Et l’on va voir comment les choses vont évoluer », a conclu ce dernier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *