Un dirigeant des grands jours

Un dirigeant des grands jours

Peu de nos contemporains le connaissent. Mais l’homme a bien marqué toute une histoire. Celle de lutte dans notre pays, dont il était le président de la fédération de 1968 à 1984. Connu et reconnu pour sa grande abnégation et son savoir-faire, il continue à faire parler de lui. Lui, c’est bien haj Hamid El Oufir, celui qui a eu la charge de lutte au Maroc et qui a fait la gloire de cette dernière, du temps où celle-ci hissait très haut le drapeau national. Une raison pour laquelle un tournoi international lui est consacré, histoire de lui rendre un hommage plus que mérité. Baptisée «Mémorial haj El Oufir», cette compétition aura lieu les 22 et 23 juillet à Casablanca. Une manifestation qui en est à sa dixième édition et qui se veut un témoignage de reconnaissance à celui qui, toute sa vie, ne jurait que par lutte olympique, dont il était l’un des plus grands porte-drapeaux. De son vivant, feu haj Hamid El Oufir avait succédé à un l’autre grande personnalité sportive, également un grand patriote, qui n’est autre que feu Ahmad El Yamani, disparu en 1968.
Prenant sa relève à la tête de la Fédération royale marocaine de lutte, feu El Oufir a marqué de son emprunte des progrès retentissants réalisés par la lutte nationale entre 1968 et 1984.
Durant ces deux décennies, cette discipline pratiquée par de large franges de sportifs, dans un Maroc fraîchement indépendant.  Si du temps du protectorat, la lutte était l’apanage des Européens installés dans notre pays, quelques rares sportifs marocains ayant pu s’y adonner,  elle a connu un développement appréciable après la fin de la colonisation. C’était notamment grâce à l’apport de Feu Hamid El Oufir. Celui-ci était notamment trésorier général de la FRML en 1956 puis président de la FRML jusqu’en 1984, il était également l’un des fondateurs de plusieurs instances internationales dont la confédération africaine des luttes en 1969, l’Union arabe des luttes en 1975 et l’Union maghrébine des luttes en 1972. Membre du Comité olympique marocain de 1972 à 1984, le défunt était également membre de la Fédération internationale des luttes associées de 1969 à 1985. Sa réputation a fait le tour du monde.
Sous sa direction, la FRML s’était  maintenue au top niveau et a enregistré plusieurs succès. L’hommage qui lui sera consacré verra la participation de lutteurs venant des USA et de la Hongrie, ainsi que plusieurs autres pays dont le Maroc. Cette manifestation aura lieu dans la salle du complexe sportif Mohammed V de Casablanca. A rappeler qu’une délégation d’arbitres internationaux désignés par la FILA veillera au bon déroulement de cette compétition.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *