Un fauteuil pour deux

Un fauteuil pour deux

Contrairement aux années écoulées, cette saison est particulièrement étrange puisque toutes les équipes se valent. Fini la suprématie des uns au détriment des autres. Ce qui a, en outre, drainé beaucoup plus le public vers les salles. La rencontre de Rabat entre l’ASS et le MAS n’a pas tenu toutes ses promesses, puisque ni les locaux ni les visiteurs n’ont été à la hauteur de leur réputation.
Dès l’entame de la rencontre, le MAS a annoncé la couleur avec 0-5. Mais ce n’est qu’un feu de paille, puisque les hommes de Saïd Bouzidi sont passés à l’action par des passes rapides à trois, atteignant le panier ses Fassis par le biais de Mustapha Didouch, Zouheir Bourouis et Noureddine Belkaid pour sortir vainqueurs lors du premier quart-temps (15-8). Malgré la méforme du catalyseur Alfa Traoré, remplacé par Reda Regragui, le MAS parvient à devancer les locaux (26-29) à la fin du 2ème quart-temps.
De retour des vestiaires, les Fassis accentuent leur pressing par l’intermédiaire d ‘Alfa, Reda Ghali, Idmaghar pour porter le score, à la fin du troisième quart-temps, à 48-47. Le dernier set était décisif pour les deux protagonistes au cours duquel les Masssites se sont montrés inefficaces et incohérents déployant un jeu haché et personnel, notamment de la part d’Alfa, qui était très gourmant vis-à-vis de ses coéquipiers. En tout état de cause, Driss Ghissassi, coach du MAS, doit revoir sa stratégie et ses combinaisons de jeu pour, d’abord, se qualifier au play-off et, ensuite, jouer les premiers rôles au décompte final. A l’opposé, l’ASS comptait sur les tirs meurtriers des 6,25 m de Mustapha Didouch, des infiltrations latérales de Belkaid et du catalyseur marqueur Fabrice pour faire la différence et venir à bout d’une équipe du MAS méconnaissable lors du quatrième quart-temps capital (75-61). Tel était le score de la partie. Le match WAC-FUS a rassemblé une pléiade de grands joueurs. Ce qui a donné lieu à un niveau technique respectable. Aucune des deux formations n’a pu creuser l’écart prématurément. Ceci dit, la partie était marquée par un esprit combatif hors du commun, tout en respectant les règles en vigueur.
Le premier set est revenu aux visiteurs (13-15). Le deuxième et le troisième sont revenus aux locaux (32-25) et (48-40). Lors du dernier quart-temps, le WAC a pu profiter de certains atermoiements fussistes pour aggraver le score par ses scoreurs maison, en l’occurrence Ayadi, Frouga, Limani, Bouhlal et Asli. Le FUS n’en reviendra plus. Le WAC gèrera intelligemment les dernières secondes pour s’emparer d’une grande vistoire (68-58), sous le sifflet final du duo arbitral Hanafi Nezha et Aziz Mebrouk, contestés de temps à autre, mais bien dans l’ensemble. Après sa désillusion, la semaine dernière, lors de son derby casablancais, le Raja a pris le meilleur sur le KAC, lanterne rouge, à Kénitra. Une victoire méritée qui laisse les hommes de Mustapha Tazerouali dans le sillage des grands. À Tanger, devant plus de 1500 spectateurs, l’IRT, avec sa nouvelle recrue yougoslave, n’a laissé aucune chance à la RSB. La marque de 79-61 en dit long sur la suprématie de l’équipe du détroit qui a su imposer son rythme et sa grande volonté dans le but de signer une excellente saison avec son coach chevronné Khalid Rouass.
A Essaouira, dans une salle pleine à craquer, l’ASE a arrêté la bonne marche des Tihadis. De ce fait, les amis d’Ousfour (capitaine de l’ASE) ont démontré par ailleurs qu’ils étaient bien l’équipe la mieux structurée, la plus forte tactiquement et la plus motivée. Cette victoire amplement méritée situe l’ASE, provisoirement, parmi les équipes qualifiées au play-off. Score 81-74.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *