Un football marocain qui se cherche toujours : La CAN 2013 sera-t-elle la bonne?

Un football marocain qui se cherche toujours : La CAN 2013 sera-t-elle la bonne?

Ce millésime a été particulier pour le football national. On aura tout vu, des rires et des larmes, de l’émotion et des poings serrés. Seules les mémoires frappées d’amnésie peuvent oublier, par exemple, l’exploit du Moghreb de Tétouan qui remporte pour la première fois de son histoire le championnat national (Pro-Elite 1) avec la meilleure attaque et la meilleure défense. Rappelons que ce titre a été gagné à l’issue de la dernière journée sur le terrain de son dauphin le FUS de Rabat le 28/05/2012. Ce fut un moment historique pour le club qui non seulement a remporté le titre mais a connu le plus grand déplacement de supporters (plus de 30.000 personnes) dans l’histoire du football national.
Un peu plus au sud, une autre équipe n’a pas démérité et a hissé le drapeau national extra- muros. Il s’agit du Moghreb de Fès qui a remporté la 19è édition de la Super Coupe d’Afrique en battant la redoutable Espérance de Tunis, détentrice de la Ligue des champions.
Le Raja de Casablanca, lui, a renoué avec la Coupe du Trône, et s’est offert son 7ème titre dans cette prestigieuse compétition grâce à sa victoire face à son rival l’AS FAR.
Cependant, cette année n’a pas été faste pour le football national au niveau africain. Aucune des quatre équipes (Wydad et Raja de Casablanca, MAS et COD Mèknès) prenant part à la Ligue africaine des champions et la Coupe de la confédération africaine n’a fait long feu. Hormis le Wydad qui est parvenu à arriver aux quarts de finale, les autres formations se sont contentées de quitter les compétitions dès les premiers tours.
C’est donc une véritable débâcle qu’a connue le football national qui progresse et pousse sur son jardin mais a du mal à fleurir ailleurs.  L’on se demande légitimement pourquoi. Tout simplement on peut à l’unanimité reconnaître que le football marocain se mue au gré de plusieurs conjonctures des fois internes et d’autres externes. Mais depuis l’arrivée de Rachid Taoussi, la sélection marocaine a repris confiance. D’emblée et sous sa houlette, les Lions de l’Atlas ont pu composter leur billet et se qualifier pour la CAN 2013.
Aujourd’hui, il ne faut pas cultiver les regrets car on ne récoltera que les sentiments que l’on sème. Un nouveau souffle et une nouvelle page de gloire attendent le football national, et qui, on l’espère, conviendraient au public comme à l’auteur de ces lignes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *