Un parcours à suspense pour les cyclistes

Un parcours à suspense pour les cyclistes

La course, dont le parcours a été présenté à Paris en présence du Prince AlbertII, renoncera au traditionnel contre-la-montre à 24 heures de l’arrivée (le 26 juillet) pour une étape en ligne, susceptible de maintenir le suspense sur l’identité du vainqueur final. Outre cette rupture avec les années précédentes, la prochaine édition renouera avec le contre-la-montre par équipes abandonné depuis 2005. Il aura lieu sur 38 kilomètres à Montpellier, le quatrième jour de course, et se disputera en temps réel, sans bonification tout comme les autres étapes. Autre changement, le Tour 2009 renoncera à l’alternance entre les grands massifs montagneux. Comme en 2008, il franchira les Pyrénées, allégées malgré une arrivée jugée sur les hauteurs d’Arcalis en Andorre, puis les Alpes. Sous le signe de la mer Méditerranée dans sa première semaine (Marseille, Montpellier, Perpignan, Barcelone), la course visitera aussi le centre de la France à partir de la première journée de repos (à Limoges) avant d’aller vers l’est (Vittel, Colmar, Besançon).
La station suisse de Verbier accueillera la deuxième arrivée en altitude avant un diptyque dans les Alpes du Nord (Bourg-Saint-Maurice, Le Grand-Bornand) et l’unique grand contre-la-montre autour du lac d’Annecy sur 40 kilomètres, à trois jours de l’arrivée.
Le Ventoux, l’un des grands cols de légende du Tour, fixera la hiérarchie, sept ans après la dernière venue de la Grande Boucle sur ses pentes.
Cette 96e édition, qui a cherché à répartir au maximum ses difficultés, débutera par un contre-la-montre de 15 kilomètres, sensiblement plus long qu’un prologue, sur les routes escarpées entourant Monaco.
Cinq ascensions (Arcalis, Envalira et Tourmalet dans les Pyrénées, Grand et Petit Saint-Bernard dans les Alpes) dépassent les 2000 mètres d’altitude et la distance des contre-la-montre individuels (55 km au total) est l’une des plus faibles de ces dernières décennies.
Par ailleurs, Christian Prudhomme s’est refusé à alimenter le feuilleton de la participation éventuelle de l’Américain Lance Armstrong, le septuple vainqueur de l’épreuve, à l’édition 2009.
«C’est à Lance Armstrong de se déterminer», a déclaré M. Prudhomme. «Nous n’avons pas eu de contact direct avec lui. Il a dit qu’il disputerait le Giro. A lui de se déterminer pour le Tour».
«Ce n’est ni une bonne ni une mauvaise chose pour le Tour», a ajouté le directeur de la plus grande course du monde. «Je ne veux pas alimenter un feuilleton. C’est un personnage hors normes mais, au départ du Tour, tous les coureurs sont sur la même ligne».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *