Un séisme frappe la FIFA

Un séisme frappe  la FIFA

La nouvelle est tombée comme un couperet. Hier à Zurich, et à la demande des autorités américaines, six responsables de la FIFA soupçonnés de corruption ont été arrêtés. Cela ne pouvait plus mal tomber pour Joseph Blatter qui s’attendait vendredi à entendre plutôt de bonnes nouvelles concernant une probable réélection.

Parmi les dirigeants présents ou passés de la Fifa visés par les accusations figurent Jeffrey Webb (Iles Caïmans), Eugenio Figueredo (Uruguay), tous deux membres du comité exécutif, et Jack Warner (Trinité-et-Tobago), un ancien membre du comité exécutif, déjà impliqué dans de nombreuses affaires de corruption.

Selon les autorités suisses, les six responsables interpellés sont soupçonnés d’avoir accepté des dessous-de-table d’un montant de plusieurs millions des années 1990 à nos jours.

Et dans une procédure distincte, le parquet suisse a annoncé avoir saisi des documents électroniques au siège de la Fifa à Zurich. Ces saisies ont eu lieu dans le cadre d’une procédure pénale contre X pour soupçon «de blanchiment d’argent et gestion déloyale» entourant les attributions des Coupes du monde de football de 2018 et 2022. Cette procédure, ouverte depuis le 10 mars, n’avait pas été rendue publique jusqu’à aujourd’hui.

Le New York Times, qui a révélé les arrestations des six responsables, a indiqué que des policiers suisses se sont présentés au petit matin dans le luxueux hôtel cinq étoiles Baur Au Lac du centre de Zurich, où sont logés les principaux dirigeants de la Fifa. Deux hommes non menottés ont été emmenés. Parmi eux, figurait Eduardo Lio, du Costa Rica.

Selon le quotidien new-yorkais, les accusations visent des faits de corruption au cours des vingt dernières années. Elles portent notamment sur des attributions de Coupes du monde, de droits de marketing et de télévision. Les accusations visent également des escroqueries par voie électronique, des faits de racket et de blanchiment d’argent. Les accusations concernent au total une dizaine de personnes, précise le journal, mais certaines d’entre elles ne se trouvent pas actuellement à Zurich.

Par ailleurs, le Prince Ali, candidat à la présidence vendredi face à Sepp Blatter, a lui évoqué dans un bref communiqué «un jour triste pour le football». «L’affaire connaît ses développements actuellement, des détails émergent, il ne serait pas approprié de faire d’autres commentaires pour l’heure», a-t-il ajouté.

Blatter, âgé de 79 ans, est au centre de nombreuses critiques pour sa gouvernance de la richissime instance, qui a enregistré un chiffre d’affaires de près de 2 milliards d’euros en 2014, année de la dernière Coupe du monde.
La FIFA a, malgré tout, décidé de maintenir son congrès prévu vendredi, durant lequel sera élu un président de l’instance dirigeante du football mondial en dépit du scandale de corruption qui l’agite.

Avec Agences

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *