Un slalom à la marocaine

Un slalom à la marocaine

Elle est jeune, talentueuse, et surtout déterminée à faire hisser les couleurs nationales au plus grand niveau. Non, il ne s’agit pas d’une athlète en herbe qui fait ses premiers pas sur les pistes d’athlétisme mondiales, ni d’une footballeuse qui commence à ensorceler les fans du ballon rond très nombreux dans notre pays. Il s’agit d’une inconnue de 16 ans, qui faisait beaucoup parler d’elle en Europe, mais que les Marocains connaissent très peu. Et pour cause, cette jeune maroco-anglaise, née pourtant d’une mère marocaine et un père belge, a choisi de pratiquer une discipline que beaucoup de ses compatriotes ne connaissent pas, le ski alpin en l’occurrence. Et Sarah Ben Mansour, puisque c’est son nom, a bien réussi son pari. Lors des championnats du monde juniors de ski alpin qui se sont tenus du 7 au 16 février dernier sur le mont Pohorje à Maribor en Slovénie, cette jeune sportive a brillé en accédant à la 10ème place à l’épreuve du slalom géant en catégorie cadets. Très bel exploit pour une première participation en tant que professionnelle. Une dizaine de jours plus tard, la jeune Ben Mansour a régalé le public présent à l’Oukaïmden à l’occasion de la Coupe Moulay Rachid, remportée pour la deuxième année consécutive. Des exploits qui lui ont ouvert grandes ouvertes les portes de l’équipe nationale de ski alpin, créée sous l’égide de la Fédération royale marocaine de ski et des sports de montagne.
Le public marocain ne connaissait pas ce petit bout de femme mais non moins championne qui a réussi à faire connaître le Maroc dans des sports d’hiver pourtant très méconnus dans notre pays. Mais la jeune Ben Masour, aux côtés de son frère cadet Souleimane, est une star en Belgique, pays où elle réside. En effet, elle compte déjà à son actif plusieurs places de podium aux championnats nationaux. Elle n’a certes jamais été sacrée championne de ce pays, mais c’est uniquement à cause de sa nationalité maroco-britannique qui ne lui permet pas de gagner la plaque d’honneur.
Le Super G est une passion pour elle, ce qui ne l’empêche pas de briller en slalom également. Défiler une pente enneigée à une grande vitesse la transporte littéralement. C’est une sensation que rien d’autre au monde ne peut égaler et qu’elle retrouvait depuis sa tendre enfance à l’occasion des vacances d’hiver passées en France notamment. Pour le moment, le rêve de cette jeune battante, qui poursuit ses études en classe de quatrième, est de prendre part aux prochains Jeux Olympiques d’hiver qui auront lieu en 2006 à Turin en Italie. Une participation qui demeure une fin en soi, puisque son 1600ème rang mondial ne lui permet pas tellement de rêver à une place au podium finale, même si d’ici novembre 2005, date à laquelle la liste finale des qualifiées sera connue, tout peut changer. Voir le drapeau rouge frappé d’une étoile verte flotter aux côtés de ceux des nations à la grande tradition sportive hivernale est tout de même une satisfaction qui n’aura pas d’égale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *