Une course vers l’émancipation

Il y avait foule cette soirée de jeudi 9 mai au Centre d’aviation de l’aéroport Anfa à Casablanca. Une conférence de presse y a été tenue par l’Association marocaine Sports et développement , dont la président n’est autre que l’ex-championne olympique Nawal El Moutawakil. Sportifs, comme le tennisman Karim Alami et l’athlète Asmae Laghzaoui, responsables, comme le président du comité provisoire de la fédération royale marocaine d’athlétisme, Mohamed Aouzal et artistes tel le numéro 1 du théâtre national, Taïb Laâlaj. Tous étaient là, entre autres personnalités, pour donner à cette conférence toute l’ampleur qu’elle mérite. Tous les aspects organisationnels et techniques, ainsi que la philosophie même d’une telle course y ont été abordés. « La course est un moyen de sensibiliser les Marocaines à l’importance du sport. C’est aussi un appel à un développement de la pratique sportive au Maroc. L’enjeu est également d’introduire le souci de l’environnement dans les esprits à la fois des participantes, des spectateurs que des responsables », a déclaré El Moutawakil lors de cette conférence. La course se veut donc une compagne à plusieurs messages et on ne peut que s’en féliciter. D’ailleurs, tous ceux qui sont intervenus l’ont souligné. Fidel à son esprit et son verbe imagé, Mohamed M’jid vice-président du comité olympique persiste et signe : « Nous assistons, actuellement, à l’émergence de plusieurs associations, mais sans véritables résultats. Peu d’entre elles ont su, comme c’est cas de l’A.M.S.D, fraîchement créée, agir avec des objectifs clairs et une efficacité pareille. La femme marocaine a gagné des galons. Actuellement, c’est des étoiles qu’elle est entrain de glaner. Il faut lui reconnaître ses véritables mérites. Il n’y a tout simplement pas de développement sans l’implication des dames ».
S’exprimant sur l’aspect technique de cette compétition, Mohamed El Maâzaoui, directeur technique de la course a déclaré que tout était fin prêt pour la tenue de cette manifestation. Ainsi le départ est prévu 9h, le 19 du mois courant, à partir de la place Mohammed V. Le parcours, de 10 Km et sur circuit fermé, est d’ores et déjà homologué et le timing sera pris en considération par la Fédération internationale d’athlétisme, l’IAAF. Quatre commissions (arbitrage, ravitaillement, médecine, communication) travaillent déjà d’arrache-pied pour la réussite de l’événement.
Une large compagne de communication est menée à cette fin dans des collèges, lycées, administrations, sociétés, usines…afin d’attirer le plus possible de participantes. Sans parler des stars de l’athlétisme mondial, telle la Kenyanne Joyce Chempchumba et l’Ethiopienne Birhane Adere, qui seront de la partie. La devise « Le sport pour tous » trouve dans ces actions tout son sens.
«Il ne faut pas s’arrêter là. Chaque ville au Maroc doit avoir sa propre course. Quand on se compare à un pays comme la France qui compte 3600 course, alors que nous ne disposons même pas de statistiques officielles et que, à tout casser, notre pays n’en organise qu’une trentaine, il y a de quoi s’alarmer », a conclu Maâzaoui. Joindre le plaisir de courir à la cause des femmes via une discipline qui nous est chère, ce n’est pas une mince affaire. Le défi est relevé, le succès garanti.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *