Une journée sans jouer à Wimbledon

Cette avanie atmosphérique, pas si fréquente puisque relevant d’une moyenne d’une fois tous les quatre ans, s’était produite pour la dernière fois le mardi de la première semaine, en 1999. Deux ans plus tôt, les raquettes des joueurs étaient restées dans leurs étuis deux jours de suite, le jeudi et le vendredi de la première semaine également. Comme toujours en pareilles circonstances exceptionnelles, le public anglais a fait preuve d’une patience stoïque et d’un optimisme indéfectible. On l’a entendu voici quelques années reprendre sous des trombes d’eau les chants d’espoir qu’il entonnait il n’y a pas si longtemps dans les profondeurs du métro de Londres sous le blitz.
Mercredi, ce qui s’était passé sur les courts les deux jours précédents avait de quoi réchauffer les coeurs. Par un temps qui n’avait déjà rien de méditerranéen, quatre pimpantes girls britanniques de plus ou moins longue date, Elena Baltacha, Anne Keothavong, Jane O’Donoghue et Emily Webley-Smith, étaient sorties indemnes du premier tour.
Il faut remonter à 1989, voici quinze ans, pour rencontrer une statistique aussi souriante. La chose est d’autant plus extraordinaire que l’an dernier, toutes les joueuses de Sa Gracieuse Majesté étaient déjà passées à la trappe. Tel a été le sort de la Russe Svetlana Kuznetsova, tête de série N°8, gagnante samedi du tournoi d’Eastbourne et éliminée mardi par la Française Virginie Razzano. C’est seulement la deuxième fois en trente ans que cela se produit. En 2000, la gagnante d’Eastbourne avait également été éliminée au premier tour à Wimbledon. Il s’agissait d’une autre Française, Julie Halard, dans le mauvais rôle cette fois-ci. Même si aucune balle n’a pu être échangée, la Slovaque Daniela Hantuchova est devenue la première dame à atteindre le 3e tour, en profitant de l’abandon sur blessure (abdominaux) de la Russe Elena Bovina (N°20).
En passant le premier tour grâce à sa victoire sur le Croate Ivan Ljubicic, tête de série N°29, le Sud-Africain Wayne Ferreira, âgé de bientôt 33 ans, a établi un record qui n’est pas près d’être battu. Depuis ses débuts en 1990, il en est en effet à son 56e tournoi du Grand Chelem consécutivement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *