Une mi-temps pour chaque équipe

Une mi-temps pour chaque équipe

Le MCO était contraint de s’imposer pour s’éloigner de la zone des reléguables. De son côté, le Raja a fait le déplacement d’Oujda pour confirmer ses derniers bons résultats, mais a dû se contenter d’un partage de points. Face à lui : une  équipe qui a fait preuve d’une grande combativité pour revenir au score et qui n’a pas démérité. C’est ce qu’a expliqué à ALM Jean-Yves Chay, entraîneur du RCA.
Sur le plan du jeu, chaque équipe a dominé une mi-temps. Au cours du premier half, les locaux ont fait voir de toutes les couleurs à une défense bien orchestrée autour de son vétéran Jrindou. Son sens du jeu et son expérience leur ont permis de neutraliser plusieurs attaques locales.  Le gardien Bourkadi a démontré son savoir-faire pour sauver les siens aux 18ème et 30ème , lorsque Berrabeh, en superbe forme, l’obligea à intervenir en catastrophe. Ceci dit la nette occasion eut lieu à la 27ème lorsque le meneur du jeu oujdi, d’un tir puissant a vu sa tentative renvoyée par l’angle des 90° de la lucarne rajaouie. Une minute après, Amadou, pourtant bien servi par Nkhili, trébucha inexplicablement alors qu’il se trouvait à deux mètres de la ligne de but. Les Casablancais ne se contentaient pas de se défendre. Leur nouvelle recrue, Senghor aux 19ème et 40ème, allait faire parler sa frappe en bombardant un Charef vigilant et bien placé.
Ouhaki, lui,  a créé la sensation à la 33ème en mettant dans le vent plusieurs défenseurs locaux, mais sa reprise fut déviée au dernier moment. Et alors que les deux équipes s’apprêtaient à quitter la pelouse (45ème), Senghor ouvre la marque sur une passe millimétrée de Fettah. Les locaux protestèrent énergiquement le but. Pour le président Lahmami, il n’y a aucun doute : le but était hors jeu et l’arbitre Baâmrani a désavantagé les siens et a gâché par ses décisions partiales la partie.
La seconde partie allait basculer en faveur des visiteurs qui ont dominé le milieu du  terrain grâce aux  apports de Metouali et Ouhaki qui ont su monopoliser le jeu et lancer leurs attaquants. Tair rate à deux reprises des occasions à sa portée. Metouali étincelait dans les passes en profondeur, alors que Ouhaki cassait toutes les velléités locales et se faisait distinguer comme le meilleur joueur de la partie.
L’attaquant Nicolas allait ouvrir des brèches dans la défense rajoauie. C’est d’ailleurs sous son impulsion que Khouyi a failli égaliser à la 82ème sur un cafouillage devant les bois de Bourkadi. Ce n’était que partie remise du moment que l’élan offensif local allait s’accentuer et que les fautes commises par Soulaimani et Chkilit se multipliaient. Et c’est sur une balle arrêtée et dans le temps additionnel ( 91ème) que Nicolas fustige  le mur et le gardien pour inscrire le but de l’égalisation (1 à 1).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *