Victoire à l’arraché du Raja

Revue et corrigée, l’équipe du Raja de Casablanca a enfin retrouvé la Ligue des champions d’Afrique de football, mais pas son grand jeu. Dimanche dernier, au complexe Mohammed V, le triple champion d’Afrique n’a pas pu faire mieux que de sauver ses meubles. Alors que l’on est qu’au premier tour. Face à une formation gambienne de Wallidan, inconnue aussi bien du grand public que du champion en titre lui-même, les Verts et blanc étaient, certes, dominateurs, mais pas convaincants.
Dés le début du match, on a senti que le Raja allait, encore une fois, prendre son adversaire à la légère. Un excès de confiance qui a failli coûter cher aux diables verts. L’ayant compris, les Gambiens procédaient par des contres, tout au long de la première mi-temps. Une tactique qui s’est avérée efficace et qui a donné ses fruits dès les premières minutes de jeu. Profitant d’une défense rajaouie fébrile, les visiteurs se sont créés pas mal d’occasions et pouvaient même, un moment, aggraver le score. N’ayant été battue que par 2 à 1, la formation de Wallidan garde une bonne marge de sécurité pour le match retour. Un avantage psychologique qui compte beaucoup dans ce genre de compétition. Jamais les Rajaouis n’étaient aussi dominateurs, mais la sérénité et le calme ne faisaient pas partie ce jour des qualités de jeu des Vert et Blanc. Chose que les joueurs gambiens ont su gérer à leur profit.
On les a vu circuler le ballon avec une facilité et aisance qui a surpris plus d’un. Comme si le Raja était en infériorité numérique.
Un but du côté de Wallidan, on s’y attendait. À la 18e minute, Daouda Camara ouvre la marque. Les Vert et Blanc, avec un milieu défensif presque absent, peuvent s’estimer heureux de n’avoir encaissé qu’un seul but en première période. Des occasions ratées de la part des Gambiens, il y en avait beaucoup.
À la reprise, le Raja de Casablanca s’est montré beaucoup plus dangereux, grâce notamment au tandem Aboucharaouane et Dialo. Mais sans pour autant scorer. Ils n’ont jamais réussi à hausser le rythme pour prendre à défaut la défense gambienne, bien regroupée : quatre défenseurs fixes. Il a fallu attendre un long centre de l’ex-militaire, Foulouh, pour que l’inévitable Diallo puisse surprendre aussi bien le gardien que les défenseurs gambiens (54è).
Le schéma tactique du Raja était axé sur le couloir gauche où le jeune espoir Aboucharouane s’est battu comme un diable pour donner le but libérateur aux siens (63è). Le même Aboucharouane aurait pu alourdir l’addition à maintes reprises. Plus le temps passait et plus les visiteurs gagnaient en confiance. La victoire du Raja de Casablanca ne reflète pas la physionomie du match.
Un match où les Vert et Blanc pouvaient gagner par un score fleuve. De même pour l’équipe gambienne de Wallidan qui avait, elle aussi, raté l’occasion de surprendre le Raja chez lui. Le retour s’annonce, donc, difficile pour les diables verts qui doivent corriger aussi bien leur schéma tactique que leur système défensif. Surtout qu’ils sont loin de cerner leurs adversaires, chez eux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *