Violences au derby : jusqu’à un an de prison ferme pour des casseurs

Violences au derby : jusqu’à un an de prison ferme pour des casseurs

La Chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Casablanca a prononcé, mardi 29 décembre 2015, des peines allant de deux mois de prison avec sursis à un an de prison ferme à l'encontre de quatre personnes pour leur implication dans les actes de vandalisme ayant émaillé le derby Wydad-Raja de Casablanca, disputé le 20 décembre au Complexe sportif Mohammed V.

Ainsi, le tribunal a décidé de condamner l'un des 13 poursuivis à deux mois de prison avec sursis et une amende de 500 dirhams.

Deux autres détenus ont été condamnés à cinq mois de prison ferme et une amende de 500 dirhams.

La même juridiction, qui a reporté au 30 courant et au 5 janvier prochain l'examen des autres dossiers pour permettre à la défense de préparer sa plaidoirie, a également condamné un individu, poursuivi également dans cette affaire, à un an de prison ferme et une amende de 1.000 dirhams assortie d'une interdiction d'accès au Complexe sportif Mohammed V pendant une année.

La Chambre correctionnelle du tribunal de première instance de Casablanca avait condamné, le 22 décembre, un adule, impliqué dans ces actes de vandalisme, à une peine de six mois de prison ferme et décidé le placement de quatre mineurs au centre de protection de l'enfance

Les poursuivis dans cette affaire, dont deux en état de liberté, sont accusé notamment de vol, état d'ébriété manifeste, de détention d'arme blanche, de possession de drogues dures, de dégradation de biens publics et de coups et blessures contre des agents de sécurité.

La préfecture de police de Casablanca avait indiqué que 43 individus ont été appréhendés pour différents motifs après les actes de vandalisme perpétrés lors du derby casablancais pour le compte de la 12ème journée de la Botola Maroc Telecom D1.

Les actes subversifs ayant entaché ce duel, auquel ont assisté plus de 71.000 spectateurs, ont occasionné la dégradation de biens publics et privés (3 voitures de police et 4 bus de transport urbain) et des blessures à différents degrés à 25 policiers, selon la même source.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *