Youssef Ouarzif n’est plus

Il était jeune, respectueux et très aimé par ses co-équipiers. Youssef Ouarzif, ex-joueur de l’équipe de football des FAR et actuel sociétaire de l’Ittihad de Tanger, n’est plus.
Ouarzif est décédé, samedi matin, suite à un accident de la circulation lorsque la voiture à bord de laquelle il se trouvait a percuté un autocar sur la route reliant Asilah à Larache. Il a été enterré, hier, en fin de matinée. Natif de Midelt, Ouarzif a passé ses plus belles années à Belksiri, avant de rejoindre la capitale Rabat, où il a intégré l’école de football des FAR.
Après avoir fait toutes les catégories de l’école militaire, minimes, cadets et juniors, il a fini par intégrer l’équipe première. Sa première apparition sous les couleurs des militaires remonte à 1998. Ses bons débuts avec les militaires n’ont pas passé inaperçus puisqu’il a vite été sollicité pour porter le maillot national.
D’abord, avec l’équipe nationale juniors, puis le onze olympique. Et c’est avec les «Lionceaux» que Ouarzif a disputé le plus grand nombre de matchs. Il a défendu les couleurs nationales tout au long des phases qualificatives aux jeux olympiques de Sydney, qui se sont déroulés en 2000. Après cinq saison, de beaux et loyaux services, chez les FAR, au cours desquelles il a brillé de mille feu, Ouarzif a quitté son club adoptif des FAR à destination de l’IRT, où il a été prêté en début de cette saison, avant de signer définitivement chez le club tangérois. Pour ceux qui le connaissaient très bien, Ouarzif était un joueur exemplaire. «C’était un garçon gentil, souriant et très réceptif. C’était aussi quelqu’un de très cultivé», témoigne Rachid Taoussi, ancien-entraîneur des militaires, lui, qui l’a côtoyé pendant plusieurs années. Et d’ajouter «C’était un joueur technicien, rapide et avait cette vitesse d’exécution, rare chez nos joueurs d’aujourd’hui». La carrière de ce jeune joueur s’est arrêtée, samedi matin, et avec, elle, la vie d’une personne qui a marqué son entourage par le respect, la gentillesse et la disponibilité. «Il avait une bonne relation avec les joueurs, les responsables et les dirigeants», tient à préciser, Taoussi.
Avec la disparition de Youssef Ouarzif, c’est toute l’histoire d’un joueur qui a beaucoup donné aux FAR et aux équipes nationales qui prend fin. Nos sincères condoléances à sa famille, ses proches et à ses deux clubs. Nous sommes à Dieu et à Lui nous retournons.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *