Zaki confiant

ALM : Plus que quelques semaines avant les phases finales de la CAN. Comment se porte le Onze national ?
Baddou Zaki : Le parcours lors des éliminatoires s’est bien passé. C’est un bilan globalement positif. Les joueurs ont bien assimilé les consignes tactiques, techniques et physiques que nous leur avons données. Nous avons travaillé de façon acharnée. Cependant, nous risquons d’être confrontés à des problèmes de dernière minute. Sur ce volet, aussi, un plan de travail est fin prêt pour parer à toutes les éventualités. Par exemple, à la veille de notre match préparatoire prévu contre le Burkina Faso, nous sommes privés à la fois du capitaine d’équipe Naybet, qui sera indisponible pendant dix jours, de Fahmi et de Rachid Roky, tous deux blessés la semaine dernière. Or, il ne faudrait pas que ces absences affectent le rendement de l’équipe. Et c’est justement sur ce point que je me suis concentré. D’autant plus que l’absence de joueurs de base nous donne l’occasio à chercher l’alternative adéquate. L’absence de Zaïri à Tunis par exemple, nous a permis de découvrir le potentiel très convaincant de Youssef Hajji. Par ailleurs, le club allemand de Douisbourg vient de donner son accord à l’attaquant marocain Aziz Ahnafouf qui comblera l’absence de Roky.
On vous reproche de favoriser les professionnels au détriment du joueur local carrément négligé. Que répondez-vous ?
Il ne faut pas travestir les réalités. Le championnat dépend d’une programmation établie préalablement. Quand nous nous intéressons à un joueur, son équipe réagit criant à l’injustice. C’est arrivé il n’y a pas longtemps avec certains joueurs imposants, notamment du Raja et du WAC. Je ne veux plus revivre ce genre de problème. Que le sélectionneur soit accusé d’être derrière la privation d’une telle équipe du titre de champion est très nuisible à la réputation de notre football. Je ne peux pas courir le risque de faire appel à un joueur pour entendre le lendemain que cet appel a causé du tort à son équipe. Je vous donne un exemple: pour le match contre le Burkina Faso j’aurais bien aimé avoir Kacimi du Raja et le gardien Miaghri du WAC. Or, il y a le derby, et les deux joueurs sont des piliers de base chacun dans son équipe. La semaine d’après, le Raja joue le retour de la finale de la coupe de la CAF. Il est donc fort probable qu’aucun joueur local ne figure sur la liste. Ceci étant, j’ai ma propre base de données dans laquelle figurent tous les joueurs dignes de porter les couleurs nationales. Le long de la période préparatoire, tous les joueurs, locaux ou professionnels, ont eu l’occasion de montrer ce dont ils étaient capables, suivant le principe d’égalité des chances. Comme vous l’avez certainement constaté, la formation a beaucoup changé depuis. Mais mon intention a toujours été de permettre à tout bon joueur local d’intégrer la sélection nationale.
Quel est le programme des Lions avant le départ pour Tunis?
Du 10 au 18 janvier, nous serons en stage au centre San Pedro, à Marbella en Espagne. Le 17, nous avons un match contre une équipe européenne, avant de rentrer au pays le 18. Les joueurs feront un break le 19 pour casser un peu le carcan, puis c’est la concentration à Maâmora du 20 au 22. Le départ pour la Tunisie est prévu le 23 ; nous passerons ainsi trois jours avant notre première rencontre. En tant qu’entraîneur, je suis très confiant dans mes effectifs et je compte bien sur eux pour donner satisfaction au public marocain qui voudrait renouer avec les exploits d’antan.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *