Zidane, le torero tricolore

«Zidane, c’est le 3e attaquant du Real Madrid». Bien que l’influence de l’attaquant français dépasse de loin ce simple et hâtif «résumé», ce constat a trouvé tout son sens, samedi soir, sur la pelouse du Camp Nou. Devant 90.000 spectateurs enflammés, Zidane a inscrit son 7e but en championnat espagnol cette saison. La foule catalane en a été réduite au silence. Seuls Morientes (16 buts) et Raul (14) peuvent dire mieux cette saison à la Maison Blanche.
A ce rythme-là, et peut-être sans la bourde de Cesar sur le but égalisateur de Xavi (1-1), on se demande qui pourra arrêter la marche triomphale des Merengue en championnat, même après sa défaite en coupe.
Et d’empêcher Zinédine Zidane de laisser une empreinte de plus en plus profonde dans l’histoire du club centenaire. «Je sais que je ne suis pas au mieux, mais je préfère ne pas y penser», avait-il déclaré la veille du match. Homme de parole dans un milieu où les acteurs tiennent leurs promesses au gré de leur humeur, il remplie son engagement. «J’aime la pression de ces matches, et cette pression me motive ».
Et voilà le meilleur joueur de la planète au rendez-vous, au sommet, une fois de plus, comme promis. Le parallèle est aussi valable en Champions’ League.
Alors que le Real Madrid (15 points dans le groupe C) jouera pour l’honneur mercredi à Panathinaïkos, face à des Grecs (7 points) qui devront au moins faire match nul pour se qualifier, Zidane poursuit sa montée en puissance. De plus en plus à l’aise en sa qualité d’attaquant libre à Madrid, le numéro 10 des Bleus tourne déjà le regard vers le Japon et la Corée. «Je serai au top pour le Mondial », a-t-il, une fois de plus, promis.
Première réponse : le 27 mars contre l’Ecosse. A n’en pas douter, il tiendra parole.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *