Abdelhamid Aberchane: «Objectif : se maintenir sur le podium»

Abdelhamid Aberchane: «Objectif : se maintenir sur le podium»

Questions à Abdelhamid Aberchane, président de l’Ittihad Riyadi de Tanger (IRT)

Dans cet entretien, Abdelhamid Aberchane parle des préparatifs de l’IRT et de la politique de sponsoring menée par le club tangérois pour faire face à ses difficultés financières.

ALM : Comment se passent les préparatifs pour la Coupe de la Confédération africaine du football (CAF)-2017 ?

Abdelhamid Aberchane : Nous sommes conscients de notre grande responsabilité envers la ville et son public, et d’améliorer nos résultats à tous les niveaux. Nous n’arrêtons pas déjà de nous entraîner et de nous préparer pour le championnat national. Nous ne pouvons ainsi qu’être bien prêts pour la Coupe de la CAF. Nous ambitionnons de recruter de nouveaux joueurs au cours de cette saison. L’équipe a vu dernièrement l’arrivée de deux autres internationaux, en l’occurrence l’ex-joueur de l’équipe nationale des juniors, Adel Chihi, et le jeune Congolais Ismaël Inkobo, qui est un bon joueur âgé d’à peine 19 ans. Notre entraîneur est en train de chercher à faire de nouveaux recrutements supplémentaires dans l’équipe. 

Etes-vous satisfait du classement actuel de l’IRT dans la Botola ?

La saison précédente, nous avons pu se classer troisièmes. Nous allons multiplier nos efforts pour améliorer notre classement cette saison. Notre objectif cette année est de rester sur le podium. Nous avons pu cette année terminer la phase aller avec 27 points contre 26 obtenus la saison précédente. Ce qui nous permet de marquer un avancement non négligeable d’un point de plus et d’être bien placés dans la compétition. 

Quel est votre plan d’action pour cette saison ?

Nous allons en parallèle donner beaucoup d’importance à la formation au sein de l’école de l’Ittihad. C’est un travail sur le long terme qui sera en faveur de l’avenir de l’IRT. Car nous allons gagner une équipe de jeunes bien formés dans notre centre de formation. Et comme vous savez, nous procédons, chaque année, au recrutement de treize à quatorze joueurs étrangers. Cela nous coûte beaucoup d’argent. Nous venons d’opter pour la politique de sponsoring pour permettre à notre équipe d’aller de l’avant. Nous venons de conclure un partenariat de taille avec APM Terminals Tangier, qui va être notre sponsor pour une durée de trois ans.

Où en sont les négociations concernant votre futur partenariat avec Renault-Nissan de Tanger ?

Nous sommes, des deux côtés, bien déterminés à réussir ces négociations au profit de l’équipe de la ville. Nous envisageons pouvoir conclure dans deux à trois mois un nouveau partenariat avec l’usine de Tanger.

Nous sommes pour la même raison en contact avec les responsables d’Amendis en vue de pouvoir bientôt entamer avec eux des négociations pour un nouveau contrat de sponsoring. Il y a lieu de citer que l’IRT bénéficie financièrement du soutien de la commune, la région et du conseil préfectoral de Tanger-Asilah. Celui-ci contribue au budget de l’équipe avec 4 millions DH. Alors que les deux conseils, régional et communal, soutiennent l’IRT respectivement avec 4 millions DH et 3 millions DH.

Comment avez-vous pu dépasser vos problèmes avec la Fédération royale marocaine de football (FRMF)?   

Personnellement, je crois que nous n’avons aucun problème avec la fédération. Sauf que nous avons jugé que les trois matchs joués à huis clos dont a écopé l’IRT ont constitué un coup très dur et injuste pour nous. Nous aurions aimé être punis pécuniairement par une amende et non pas de la sorte. Je trouve que c’est vraiment très regrettable de jouer sans public. Car ce genre de sanction nuit non seulement aux joueurs mais aussi à l’image du football dans son ensemble.

Quid de vos problèmes avec Sonarges, société gestionnaire du stade de Tanger ?

Nous devons payer à Sonarges une dette de 5 millions DH accumulée pendant des années. Je trouve aussi que cela n’est pas un vrai problème et sera bientôt réglé. Car la commune s’est engagée à payer cette dette. Et ce dans le cadre d’une convention conclue entre le conseil communal, l’Ittihad et Sonarges. Nous n’attendons que la validation du ministère de l’intérieur pour pouvoir nous acquitter définitivement de cette dette.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *