Agents de joueurs : Faouzi Lakjaâ met de l’ordre

Agents de joueurs : Faouzi Lakjaâ met de l’ordre

La FRMF poursuit en justice des médiateurs accusés de faire migrer 9 joueurs marocains mineurs

Le vice-président de la FRMF a démontré à travers des documents et chiffres l’implication de certains médiateurs dans cette opération et son impact négatif sur le football national.

Nous sommes en plein mercato estival. Une période propice durant laquelle les clubs cassent leurs tirelires et s’engagent dans une course effrénée pour s’approprier les services des meilleurs joueurs. Et c’est dans cette période également qu’on parle le plus souvent de l’agent sportif. Cela représente une bonne occasion pour faire le point sur la réglementation de l’accès et de l’exercice de l’activité d’agent sportif au Maroc, et l’application de la loi et sa transgression. D’autres raisons ont fait remonter ce sujet à la surface.

Des agents sportifs ont tenté de faire fuir neuf joueurs mineurs appartenant au FUS de Rabat, à l’Académie Mohammed VI et au Raja de Casablanca vers les pays du Golfe en loucedé. De quoi pousser les dirigeants du football national à réagir rapidement. En effet, le comité directeur de la Fédération royale marocaine de football s’est réuni vendredi en présence des présidents des clubs de Botola Maroc Telecom D1. Lors de cette réunion différents points ont été examinés, notamment la migration des footballeurs mineurs.

Pour mettre la lumière sur ces pratiques, le vice-président de la FRMF et président délégué du FUS, Hamza El Hajoui, a démontré à travers des documents et chiffres l’implication de certains médiateurs dans cette opération et son impact négatif sur le football national. Contacté par ALM, M. El Hajoui a indiqué que ces pratiques nuisent  au football national ainsi qu’à l’évolution des joueurs mineurs. Ceux-ci sont liés par une convention de formation de trois ans et ne doivent en aucun cas enfreindre les dispositions du contrat.

Le nombre d’agents sportifs impliqués dans cette affaire est «faible» mais cela ne devrait pas empêcher les autorités à agir sévèrement. «Pour endiguer ces pratiques, le comité directeur de la FRMF a pris la sage décision de déposer plainte auprès de la Fifa», a souligné le vice-président de la FRMF. Le comité directeur a également demandé le gel des activités des médiateurs accrédités au sein de la FRMF jusqu’à la régularisation de leur situation administrative et juridique. Aussi, les licences qui leur sont accordées devront être réexaminées et soumises au nouveau cahier des charges dont les conditions seront fixées par une commission compétente.

Pour ce faire, la FRMF chargera un avocat de déposer une plainte en son nom et celui des clubs nationaux auprès de la Fifa et des instances spécialisées pour l’ouverture d’une enquête sur cette affaire pour déterminer les responsabilités et préserver les intérêts du football national.

Par ailleurs, M. El Hajoui a tenu à remercier vivement les parents des joueurs qui ont fait preuve de coopération en prenant contact avec le centre de relations sociales du FUS pour dénoncer les agents qui les avaient contactés.

Il convient de préciser que le statut de médiateur ou agent de sportifs est défini par l’article 1 de la loi 30-09 relative à l’éducation physique et au sport, qui désigne un agent sportif comme étant toute personne physique qui exerce, à titre habituel et contre rémunération, une activité consistant à mettre en relation une association ou une société sportive et un sportif dans le but de conclure un contrat sportif, tel que visé à l’article 14 de la présente loi. Il peut également intervenir pour mettre en relation une association ou une société sportive et un cadre sportif dans le but de conclure un contrat d’encadrement rémunéré d’une activité sportive et mettre en relation un organisateur de compétition ou de manifestation sportive et un sportif.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *