Badiî Aouk : «Le HUSA est plus déterminé que jamais à remporter la Botola»

Badiî Aouk : «Le HUSA est plus déterminé que jamais  à remporter la Botola»

Entretien avec Badiî Aouk, Joueur du Hassania d’Agadir

Badiî Aouk et ses coéquipiers du Hassania d’Agadir ont marqué jusqu’à présent la Botola Maroc Telecom D1 de football, en s’adjugeant le titre honorifique de champion d’automne. Dans cet entretien, il revient sur le parcours et les ambitions de la Gazelle du Souss.

ALM : Quoi de neuf ?

Badiî Aouk : Je suis actuellement en stage de concentration à Maamoura avec l’équipe nationale des locaux pour préparer le CHAN qui se jouera ici au Maroc. On nourrit de grandes ambitions pour cette coupe. On doit la gagner et la dédier au public marocain.

Certaines informations disent que vous êtes dans le viseur du WAC, est-ce que c’est vrai ?

Effectivement il y a bien des contacts entre les responsables du WAC et ceux du Hassania d’Agadir. Le dossier de mon transfert est entre les mains du bureau dirigeant du HUSA, étant donné que j’ai un contrat avec l’équipe que je suis tenu de respecter. Et c’est le bureau qui décidera. D’ailleurs c’est un grand honneur pour n’importe quel joueur marocain de porter les couleurs du Wydad, et les défendre lors du Championnat d’Afrique. J’ai également reçu plusieurs offres du Golfe, notamment du Qatar et des Emirats Arabes Unis. L’un de mes rêves c’est de jouer en Europe. Mais pour le moment je me concentre sur le CHAN.

Le Hassania vient d’être sacré champion d’automne, comment voyez-vous cette performance ?

Le championnat d’automne n’est pas une grande performance. Tous les joueurs ont gardé les pieds sur terre. Quand même, Dieu merci, il récompense nos efforts. Cette saison, nous sommes plus déterminés que jamais à remporter la Botola et faire plaisir aux fans de l’équipe.

Selon vous, pourquoi souvent les résultats du Hassania sont instables lors de la deuxième moitié du championnat ?

Pour moi ce n’est pas un recul, mais plutôt plusieurs facteurs s’en mêlent, notamment la fatigue. Mais cette année on veut changer cette idée auprès du public marocain en général et soussi en particulier. Certains parlent de pratiques malsaines, mais c’est faux. En réalité cette situation est due à plusieurs raisons, notamment les conditions financières. Comme vous le savez, pour gagner un titre il faut un budget colossal pour payer les salaires et les primes des joueurs. Tous ces éléments ont influencé l’équipe par le passé. Mais ce n’’est plus le cas maintenant.  Miguel Gamoundi ainsi que le staff technique et administratif font un excellent travail, et on compte garder le même esprit jusqu’à la fin de la Botola. Pour le moment tous les ingrédients sont réunis, le bureau assure toutes les conditions nécessaires, dont les salaires et les primes. Certes, il nous reste encore la prime de signature, mais c’est une chose normale. Bref, l’équipe administrative fait son travail comme il faut.

Que représente pour vous l’équipe nationale ?

Mon rêve est de jouer en équipe nationale. Si j’ai la chance d’être sélectionné, je ferai mon maximum pour honorer ce maillot. Ce rêve se réalisera un jour.

Comment passez-vous votre temps ?

Comme n’importe quel joueur, je passe beaucoup de temps aux entraînements en équipe et seul. Et je veille aussi à consacrer le temps nécessaire à ma famille et amis, qui sont d’une grande importance pour moi.

Quel est le secret de votre réussite ?

D’abord la bénédiction parentale, ensuite le travail dur, et aussi mon mariage dernièrement qui m’a donné un véritable coup de pouce moral pour s’illustrer davantage.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *