Ecole de jockeys : La rentrée scolaire pour le 19 septembre

Ecole de jockeys : La rentrée scolaire pour  le 19 septembre

La rentrée scolaire pour l’école de jockeys est prévue pour le 19 septembre prochain. C’est à l’Institut national du cheval du Prince Héritier Moulay El Hassan, à Dar Essalam, qu’aura lieu la majorité des cours dispensés par la formation. Il s’agit d’une formation en alternance, diplômante au métier de «jockeys et cavaliers d’entraînement des chevaux de course». Créée en 2015, par un partenariat entre la Société royale d’encouragement du cheval (SOREC) et l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT), la formation a déjà permis à une promotion pilote de briller dans le monde de la course. Il s’agit de 16 élèves apprentis jockeys, âgés entre 15 et 18 ans et ont moins de 54 kg, dont deux jeunes filles. Parmi eux, Amine Moughat, 17 ans, qui a représenté les couleurs du Maroc pour la 1ère participation du Royaume au Championnat du monde des apprentis et jeunes jockeys. Le jeune sportif a fini la course en deuxième position à l’hippodrome de Chantilly.

Pour un cursus de 2 ans, la formation des jockeys et cavaliers d’entraînement des chevaux de course est dispensée en grande partie à l’Institut national du cheval à Dar Essalam. Le programme technique est axé principalement sur l’équitation, la course et le perfectionnement sur simulateur, qui représente la partie pratique de la formation. Il s’agit de 70% des cours dispensés, durant lesquels les élèves s’entraînent à monter à cheval et à concourir. L’enseignement académique ne représente que 30% de la formation. Il s’articule autour de plusieurs modules dont la santé et l’anatomie du cheval, le soin du cheval, le comportement de ce dernier et aussi son entretien. Les jeunes apprentis jockeys apprennent également le code des courses et quelques matières d’enseignement général comme le français et l’arithmétique. Après une première année réussie d’acquisition de notions de base sur l’équitation-course, cette deuxième année permettrait à ces jeunes apprentis jockeys de se spécialiser et perfectionner leurs prestations. En effet, dès cette 2ème année de formation, les élèves jockeys pourront participer à des courses dédiées, appelées «courses-école», qui se tiendront sur les hippodromes nationaux. Ils auront ainsi l’opportunité de monter des chevaux qui appartiennent à des écuries professionnelles prêtés par leurs propriétaires pour l’occasion.

La formation est dirigée par David Bouland, qui a remporté dix fois la «Cravache d’Or», et ancien jockey numéro 1 au Qatar. Pour le pédagogue, le bilan de la première année a été positif. «Les élèves ont eu un peu de mal au début, vu qu’ils viennent de différents niveaux scolaires. Certains ne savaient même pas monter à cheval. En pratiquant, ils ont beaucoup évolué par rapport au démarrage de la formation», confie David Bouland. Et de poursuivre que «actuellement, ils sont arrivés à un niveau où ils peuvent participer aux courses-écoles». Les matières qui seront enseignées durant cette deuxième année de formation resteront les mêmes que la première. «Les prochains modules renforceront et perfectionneront les techniques de course des élèves jockeys. Pour ce genre de discipline, la condition physique est très importante», explique le formateur. C’est ainsi que la pépinière des apprentis jockeys promet de produire des champions du monde de cheval. D’ailleurs, Amine Moughat n’est pas le seul à avoir défié les professionnels de la course. «Zineb El Briouil, elle, a déjà remporté deux victoires en finissant première à deux courses, une organisée à Rabat et l’autre à Casablanca», apprend-on du formateur.

Maryem Laftouty

(journaliste stagiaire)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *