Football : La sélection de Renard va-t-elle battre le Cap Vert ?

Football : La sélection de Renard va-t-elle battre le Cap Vert ?

Après le départ de Badou Zaki, l’équipe du Maroc entame un nouveau cycle avec la venue de Hervé Renard, double champion d’Afrique avec la Zambie en 2012 et la Côte d’Ivoire en 2015.

Comme à chaque changement à la tête de l’équipe nationale, un courant d’optimisme entoure la famille du football marocain. Mais il y a aussi des interrogations quant à la capacité du nouveau entraîneur de réaliser des résultats à la hauteur des ambitions.
Ces interrogations sont légitimes, car sur les vingts dernières années, les résultats de notre équipe nationale ont été très médiocres. Cette dernières a raté deux fois la compétition (1996 et 2010), est sortie dès le premier tour à six reprises (2000, 2002, 2006, 2008, 2012, 2013), a atteint les quarts de finale une fois en 1998 et est arrivée en finale une fois en 2004. Maigre bilan pour soit disant l’une des meilleures équipe d’Afrique.

Mais pour ce nouveau cycle, Renard ne sera pas gâté puisqu’il commence son mandat par une double confrontation face à la meilleure africaine du moment (selon le classement FIFA du mois de février 2016): Le Cap Vert.

Ces deux rencontres comptent pour les 3ème et 4ème journées des qualifications à la CAN 2017 au Gabon. Le match aller aura lieu à Praia le samedi 26 mars 2016 et le retour trois jours plus tard à Marrakech.

Actuellement, les coéquipiers de Mehdi Benatia sont au coude à coude avec leurs prochains adversaires, six points chacun et les deux autres équipes du groupe sont hors course avec 0 point. Ainsi, cette double confrontation sera déterminante et l’équipe qui en sortira gagnante aura fait un grand pas vers la qualification.

En cas de bons résultats lors de ces deux rencontres, Renard aura bien lancé son mandat d’entraîneur et gagnera par la même occasion un certain crédit de la part du si exigent public marocain. Dans le cas contraire, l’équipe du Maroc et l’entraîneur français devront se concentrer sur les échéances avenir (éliminatoires du Mondial 2018 en Russie) avec un crédit entamé, sans une marge d’erreur.

Telles sont les données de l’équation que devra résoudre le nouveau sélectionneur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *