Rétrospective 2018 – Coupe du monde Russie 2018 : La résurrection du football national

Rétrospective 2018 – Coupe du monde Russie 2018 : La résurrection du football national

Si les Nationaux ont loupé une deuxième qualification aux 8è de finale, c’est surtout à cause d’une défaite «surprise» d’entrée face à l’Iran, considéré par «tout le monde» comme le maillon faible de ce groupe.

Cela ne fait aucun doute, la qualification de l’équipe nationale de football à la Coupe du monde est l’un des événements sportifs phares qui ont marqué cette année. Lorsque l’on sait que le peuple marocain a dû prendre son mal en patience pendant deux décennies, on comprend aisément toute l’euphorie qu’a pu créer la qualification à cet événement planétaire.

Vingt ans d’attente, vingt ans de déceptions… C’est fini ! «Les Lions de l’Atlas verront la Russie en 2018», avait-on lu sur les Unes de tous les médias nationaux.

Dans les artères du Royaume, et celles d’ailleurs, les Marocains ont massivement investi les rues pour célébrer la victoire du Maroc face à la Côte d’Ivoire (2-0) à Abidjan pour le compte de la dernière journée des éliminatoires. Ils ont désormais un groupe fort et une équipe jeune et homogène, capable de défendre les couleurs nationales et d’aller le plus loin possible dans la plus prestigieuse des compétitions footballistiques (4 juin au 15 juillet 2018).

Héritant d’un groupe qui comporte le Portugal, champion d’Europe en titre, l’Espagne (championne du monde 2010) et de l’Iran, le doute commence à s’installer et les plus romantiques estiment qu’une victoire contre l’un des deux ogres ibériques ouvrira grandes les portes des huitièmes.

Si les Nationaux n’ont pas abouti à cette fin et ont loupé une deuxième qualification aux 8è de finale, c’est surtout à cause d’une défaite «surprise» d’entrée face à l’Iran, considéré par «tout le monde» comme le maillon faible de ce groupe.

Cependant, le retour des Lions de l’Atlas au Mondial était qualifié par les grands spécialistes du ballon rond, marocains soient-ils ou étrangers, comme «très séduisant». il y en avait même ceux qui ont fait du Maroc l’équipe qui possède le jeu le plus beau et qui offre le plus grand plaisir du jeu!

En effet, face aux Portugais, les Marocains se sont montrés très solides obligeant les Lusitaniens à se replier en défense presque pendant toute la rencontre. Malheureusement Cristiano Ronaldo était là. Quintuple Ballon d’Or et grand habitué des grands rendez-vous, il a su déverrouiller la défense marocaine en concrétisant la seule occasion qu’il s’est offerte.

Face aux Espagnols de Ramos, d’Isco et compagnie, les Lions de l’Atlas ont joué «peut-être» le match de leur vie, faisant souffrir les champions du monde de 2010, sauvés en toute fin de rencontre par le fameux «VAR». Le match s’est finalement soldé sur un nul (2-2).

Certes, l’équipe nationale a été éliminée dès le premier tour, mais elle a quitté la compétition la tête haute et a forcé le respect des grandes nations footballistiques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *