Sport et Ramadan : Ce que recommandent les experts

Sport et Ramadan : Ce que recommandent les experts

Plus qu’une pratique bénéfique, l’activité physique se veut un passe-temps pour certains

La marche et les sports collectifs ont des bienfaits sur la santé physique et mentale, en apaisant la pression et en boostant le moral.

Dissocier l’activité sportive des coutumes et traditions ramadanesques relève de l’utopie. Cela est d’autant plus vrai que le mois sacré coïncide ces dernières années avec la saison estivale.

Plus qu’une pratique bénéfique, l’activité physique se veut un passe-temps pour certains qui y trouvent un moyen à la fois pour prendre soin de leurs corps mais aussi pour tuer le temps.

Il suffit de se rendre sur la corniche de Casablanca pour constater de visu le nombre important de «nouveaux sportifs» portant tous les accessoires nécessaires tels des athlètes de haut niveau.

Jeunes et moins jeunes, femmes et hommes prennent d’assaut plages et jardins qui attirent des sportifs d’un mois et des pratiquants de longue date. Cet engouement est également favorisé par la multiplication des terrains de proximité éparpillés un peu partout dans la capitale économique.

Cependant, la pratique du sport, bien qu’elle possède d’innombrables vertus, suscite des interrogations sur ses bienfaits ou, éventuellement, ses risques. Dans ce sens, les experts, plus habilités à répondre à ces questions, assurent que l’activité physique est de nature à préserver le sportif contre plusieurs maladies et troubles psychiques. Unanimement, ils affirment que la marche et les sports collectifs ont des bienfaits sur la santé physique et mentale, en apaisant la pression et en boostant le moral.

Selon les spécialistes de la médecine du sport, il est prouvé que le sport pendant le Ramadan est plus bénéfique pour la condition physique et la prévention des maladies, sachant que «le degré du bienfait dépend de l’âge, de l’état physique, du type du sport et de la manière, du temps et de la cadence de sa pratique».

Pour tirer bénéfice de l’activité physique, le timing est de mise. Il faut choisir le bon moment pour les exercices. Hors Ramadan, certains choisissent le petit matin pour pratiquer du sport, alors que d’autres préfèrent la fin de la journée. Durant le Ramadan, si l’objectif est de stabiliser le poids, stimuler la circulation sanguine ou se relaxer, les experts conseillent de pratiquer des exercices légers ou moyens trois ou quatre heures après la rupture du jeûne.

Mais, s’il s’agit de perdre du poids ou de réguler le cholestérol, les experts et médecins conseillent de faire du sport intense une ou deux heures avant la rupture du jeûne.

Dans l’ensemble, toute personne peut choisir le moment opportun, selon son programme quotidien et ses capacités physiques, et adapter son effort progressivement durant ce mois sacré sans aller au-delà de ses limites.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *