Une agence marocaine antidopage dans le pipe

Une agence marocaine antidopage dans le pipe

Le projet de loi antidopage en examen à la Chambre des conseillers

Après son adoption en juillet dernier par la chambre des représentants, le projet de loi n°97-12 relatif à la lutte contre le dopage dans le sport est en examen à la Chambre des conseillers. Ce projet de loi est composé de 57 articles répartis en 6 chapitres qui constituent les dispositions générales, à savoir la prévention du dopage dans le sport, l’interdiction du dopage, le contrôle du dopage, la constatation des infractions et sanctions et enfin la création de l’Agence marocaine antidopage. «En attendant l’approbation de la Chambre des conseillers du projet de loi antidopage, ce dernier a été approuvé par les représentants», souligne à ALM Fatima Abou Ali, chef de division de médecine de sport au ministère de la jeunesse et des sports.

Et de poursuivre : «J’espère que cette loi sera prête bientôt pour qu’elle soit applicable d’ici la saison sportive prochaine, surtout que cette nouvelle loi antidopage prévoit la création de l’Agence marocaine antidopage, qui demeure une institution importante pour se lancer dans cette mission». En effet, l’agence bénéficiera de l’indépendance financière. Elle sera composée de trois organes : le président, qui sera nommé par un décret pour une période de six ans renouvelables une fois, le conseil d’administration et le conseil de discipline. Ce dernier jouira de tous les pouvoirs nécessaires pour gérer l’agence. Le conseil d’administration se compose de 13 membres en plus du président. Ses membres devront être des experts juridiques, en pharmacologie, en toxicologie et en médecine du sport.
Parmi les missions de l’agence, Mme Abou Ali cite que cette institution «sera chargée de la préparation et l’exécution du programme antidopage, la coordination des actions de prévention, l’assistance des administrations et des fédérations sportives, la mise en place des programmes d’éducation et de formation, le suivi des résultats d’analyse et gestion des résultats, l’octroi des autorisations d’usage thérapeutique ainsi que la recherche scientifique dans le domaine». S’agissant de la formation des agents de contrôle du dopage, la même source a assuré que «parmi les attributions de l’Agence marocaine antidopage, il y a la formation des agents de contrôle du dopage et leur accréditation, elle doit avoir un pool des ACD lui permettant de travailler dans les meilleures conditions et surtout de couvrir le territoire national».

Les délits punissables
Toute violation des règles antidopage telle que mentionnée dans le code mondial antidopage est sanctionnée par la loi :

1. Présence d’une substance interdite dans un échantillon fourni par le sportif

2. Usage ou tentative d’usage par un sportif d’une substance ou méthode interdite

3. Soustraction ou refus du prélèvement

4. Manquement aux obligations en matière de localisation

5. Falsification ou tentative de falsification de tout élément du contrôle du dopage

6. Possession de substance ou méthode interdite

7. Trafic ou tentative de trafic de substance ou méthode interdite

8. Administration ou tentative d’administration à un sportif d’une substance ou méthode interdite

9. Complicité

10. Association interdite

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *