24 heures

Premières patrouilles de l’ECOMIL à Monrovia

« Nous allons commencer à patrouiller dès que possible, peut-être aujourd’hui, peut-être demain (jeudi) », a déclaré le général Okonkwo. Les soldats de la paix, dont les premiers éléments sont arrivés lundi au Liberia, restent pour l’instant cantonnés à l’aéroport international Robertsfield (50 km à l’est). Selon une source militaire ouest-africaine à Monrovia, cette première patrouille sera essentiellement symbolique, afin de rassurer la population civile de la capitale, dont de nombreux habitants commençaient déjà à sortir dans les rues mercredi matin. Les quelques véhicules blindés reçus par les soldats nigérians de la CEDEAO ne sont pas encore tout à fait prêts pour permettre des patrouilles, a indiqué cette source. Le commandant de l’ECOMIL, qui a discuté dans la matinée à l’ambassade des Etats-Unis avec les diplomates américains pour trouver un lieu de cantonnement dans le centre de Monrovia, a ensuite rencontré à l’aéroport des représentants des agences humanitaires de l’ONU arrivés à la mi-journée pour une mission d’évaluation. Le personnel étranger des Nations unies a été évacué du Liberia. Le coordinateur humanitaire de l’ONU au Liberia, Marc Destanne de Bernis, s’est déclaré « confiant » à l’issue de cette rencontre. « Je pense que nous allons mettre en place un excellent système pour venir en aide à la population libérienne », a-t-il déclaré. « Nous allons revenir dès que la sécurité le permettra, et je pense que cela pourra se faire dans les prochains jours », a-t-il ajouté. « Nous avons besoin des soldats de la paix pour avoir accès à Monrovia », a expliqué un responsable du Programme alimentaire mondial (PAM), Richard Lee, qui dispose de stocks de nourriture au port, sous le contrôle des rebelles depuis le 19 juillet. « Si les soldats de la paix y vont et nous permettent d’y accéder, alors nous pourrons commencer les distributions » de nourriture, a dit M. Lee. « Nous avons amené des biscuits énergétiques, mais c’est juste une mesure d’urgence », a-t-il indiqué. Selon le porte-parole de l’ECOMIL, le capitaine Onyema Kanu, quelque 450 éléments de la force de paix se trouvent à l’aéroport, et la moitié de la force d’avant-garde (1.500 hommes au total) dépêchée au Liberia par la CEDEO devrait être sur place avant la fin de la journée. « Nous aurions pu être là plus tôt, mais le mauvais temps hier (mardi) a perturbé les vols », a expliqué le capitaine Kanu. « Le principal problème, c’est la logistique. Notre première mission est de sécuriser et de contrôler l’aéroport et ses alentours immédiats », a-t-il indiqué.

Articles similaires

24 heuresSociétéUne

Immersion dans les laboratoires de la fondation MAScIR

Elle développe plusieurs projets à la fois

24 heuresUne

Accidents de la circulation : 29 morts et 1.926 blessés du 13 au 19 août

Un total de vingt-neuf personnes ont été tuées et 1.926 autres blessées,...

24 heuresUne

Enlèvement, séquestration et viol avec violence : Trois personnes arrêtées à Casablanca

Les services du district de police de Hay Hassani à Casablanca ont...

24 heuresLivreUne

Parution du roman «Rhapsodies de Tanit la captive», d’Ahmed Boukouss

«Rhapsodies de Tanit la captive» est l’intitulé de l’ouvrage d’Ahmed Boukouss, qui...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux