24 heures

Semaine difficile pour Rumsfeld

Donald Rumsfeld paraît d’autant plus en mauvaise posture que le Congrès ne semble pas disposé à lâcher prise dans son investigation méthodique des procédures d’interrogatoire musclées révélées fin avril. « Il va encore y avoir de nombreuses auditions, avec de nombreuses personnes qui seront appelées à comparaître », a assuré dimanche le sénateur démocrate, Carl Levin, de la commission des forces armées du Sénat. « Il y a encore tant de questions auxquelles il faut répondre », a, pour sa part, déclaré sur NBC le sénateur républicain, John McCain, membre de la même commission. « Nous devons mener cette enquête aussi loin que possible », a-t-il dit. Le secrétaire d’Etat, Colin Powell, a pour sa part estimé que l’important « est de faire la lumière » sur cette affaire. « Nous n’avons pas besoin de quelque chose de dramatique ou de théâtral », a-t-il dit dans son avion, après sa visite-éclair en Jordanie, à des journalistes qui lui demandaient si Rumsfeld devait démissionner.
Un des sujets qui pourraient intéresser tout particulièrement les parlementaires est évoqué dans un nouvel article à paraître lundi dans l’hebdomadaire “New Yorker”. Selon le journaliste réputé, Seymour Hersch, qui a révélé le scandale avec la chaîne CBS, les sévices infligés dans la prison d’Abou Ghraib par des militaires américains à des détenus irakiens ont été la résultante d’une décision approuvée secrètement en 2003 par M. Rumsfeld lui-même, par son adjoint Paul Wolfowitz et par le chef d’état-major interarmées, Richard Myers. Le Pentagone, par la voix de son porte-parole, Larry Dirita, a dénoncé des allégations « remplies d’erreurs et de conjectures anonymes », selon lui, et inspirées par l’obsession du complot. Hersch, interrogé dimanche par la chaîne CBS, a maintenu sa version. Selon lui, la volonté de recourir à des méthodes particulièrement dures d’interrogatoire est née de la fustration du Pentagone de ne pas pouvoir soutirer aux détenus irakiens des informations suffisamment solides pour contrer l’insurrection en Irak. « Rumsfeld et son adjoint pour le renseignement, Stephen Cambone, ont donc décidé, à l’encontre de ce que voulait la communauté (du renseignement), de recourir à un groupe de personnes, des inconnus, qui parcourent le monde, collectent des informations de premier ordre », a expliqué Hersch.
Dans son article, dont des extraits ont été publiés samedi, il précise que ces personnes appartiennent à une unité d’élite « très secrète » des renseignements de l’armée chargée de chasser Al-Qaïda à travers le monde. Ces hommes, ajoute-t-il, ont été injectés dans le système des prisons à Bagdad pour mener des interrogatoires dans le but d’accélérer la collecte d’informations. « Ils appartiennent à un tout petit programme, ils ont été introduits avec de fausses identités … Je ne dis pas que Rumsfeld a autorisé ce que nous avons vu ces dernières semaines, mais qu’il a autorisé ces gars à s’introduire dans le système des prisons afin de le secouer et obtenir de meilleures informations », a expliqué le journaliste.
L’objectif, a-t-il poursuivi, était de recourir à quelques méthodes « très dures, des humiliations sexuelles et de la force physique », autant de pratiques qui ont été montrées sur les photos de détenus irakiens. « Aucun responsable du département de la Défense n’a approuvé quelque programme que ce soit, conçu pour aboutir à de tels abus comme ceux vus sur les photos et les vidéos récentes », a affirmé, pour sa part, le porte-parole du Pentagone dans un communiqué.

Articles similaires

24 heuresSociétéUne

Immersion dans les laboratoires de la fondation MAScIR

Elle développe plusieurs projets à la fois

24 heuresUne

Accidents de la circulation : 29 morts et 1.926 blessés du 13 au 19 août

Un total de vingt-neuf personnes ont été tuées et 1.926 autres blessées,...

24 heuresUne

Enlèvement, séquestration et viol avec violence : Trois personnes arrêtées à Casablanca

Les services du district de police de Hay Hassani à Casablanca ont...

24 heuresLivreUne

Parution du roman «Rhapsodies de Tanit la captive», d’Ahmed Boukouss

«Rhapsodies de Tanit la captive» est l’intitulé de l’ouvrage d’Ahmed Boukouss, qui...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux