970x250

Agriculture : Mince récolte céréalière

La production céréalière au titre de la campagne agricole 2004-2005 avoisinerait les 36 millions de quintaux, s’inscrivant ainsi en baisse de 57% par rapport à la campagne précédente, a indiqué le secrétaire général du ministère de l’Agriculture, du Développement rural et des Pêches maritimes (MADRPM), M. Moha Merghi. Cette baisse s’explique notamment par les conditions climatiques marquant l’actuelle campagne, qui s’est soldée par un déficit pluviométrique estimé à 37%, a précisé M. Merghi, qui présentait, lundi à Rabat, les résultats préliminaires de la campagne agricole 2004-2005. Le cumul pluviométrique moyen national enregistré à fin mai 2005 n’a pas dépassé les 227 mm contre 357 mm en une année normale à la même date, relève-t-on dans un document distribué à la presse à cette occasion.
La production céréalière est répartie entre le blé dur (7,7 millions de qx), le blé tendre (17,5 millions de qx) et l’orge (10,5 millions de qx). La superficie semée en céréales d’automne a atteint 5,1 millions ha, en baisse de 4%. Elle est répartie entre le blé dur (1 million ha), le blé tendre (1,9 million ha) et l’orge (2,2 millions ha). La ventilation de cette production par régions montre qu’il y a des zones plus affectées par la sécheresse que d’autres. C’est ainsi que les régions de Saïss, Rif et Pré-Rif et Gharb Loukkos, qui représentent 28% de la superficie  céréalière totale semée en bour, sont "relativement moins affectées par la sécheresse".
Les régions de Zaër-Zemmour, basse Chaouia, Abda, Doukkala, Ourdigha, Tadla, Chiadma-Haha, la région Nord-Est et Souss, qui constituent 31% de la  superficie totale semée, sont touchées à un degré plus élevé par la sécheresse. La production a été généralement perdue, par contre, dans les régions de la haute Chaouia, Haouz, Tensift, R’hamna et le Sud-Est. Ces zones représentent 32% de la superficie totale semée en bour durant la campagne agricole actuelle. Pour soutenir le revenu des producteurs céréaliers, touchés par le manque des précipitations, le MADRPM a arrêté, en concertation avec les professionnels de la filière céréalière, plusieurs mesures visant à assurer les conditions favorables à la commercialisation et l’utilisation industrielle de la  production nationale, a indiqué M. Merghi.
Il a notamment cité dans ce cadre la reconduction du régime de commercialisation du blé tendre destiné à la fabrication des farines subventionnées, la garantie d’une protection suffisante à la frontière et l’amélioration de la qualité marchande du blé tendre. Par ailleurs, la superficie semée en légumineuses alimentaires s’est élevée à 300.000 ha, soit le même niveau que celui de la campagne précédente. Elle est répartie entre les fèves (170.000 ha), les lentilles (70.000 ha) et les petits pois (60.000 ha).
Pour ce qui est des superficies semées en cultures de printemps, elles ont atteint près de 204.000 ha pour le maïs, soit le même niveau que celui de la campagne précédente, environ 52.000 ha pour le tournesol (-15%) et près de 61.000 ha pour le pois chiche (-15%). Evoquant le programme de lutte contre les effets de la sécheresse, M. Merghi a rappelé que le gouvernement a mis en place un programme d’intervention pour satisfaire les besoins urgents des populations touchées.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.