Aiboud Abdelmjid : «Le secteur nucléaire au Maroc a connu une grande évolution durant la dernière décennie»

Aiboud Abdelmjid : «Le secteur nucléaire au Maroc a connu une grande évolution durant la dernière décennie»

Le domaine de la formation en sciences et techniques nucléaires a connu aussi une grande dynamique. Le domaine nucléaire promet encore de bonnes perspectives, surtout avec la réglementation de ce secteur.

ALM : L’association MYGN, dont vous êtes le président, a organisé récemment une rencontre sous le thème «Les jeunes marocains dans le nucléaire : engagement de la prochaine génération de leaders». Quel est l’enjeu pour vous d’engager les jeunes générations dans un secteur de pointe tel que le nucléaire ?

Aiboud Abdelmjid : L’enjeu pour MYGN est de sensibiliser les différents acteurs concernés par la nécessité de mettre en place un plan de relève pour la capitalisation des connaissances et des savoir-faire nucléaires que notre pays a accumulés ces dernières années tout en veillant à inciter au renouvellement des compétences et à la préparation des générations futures. Le départ massif en retraite du personnel qualifié dans le nucléaire et la désaffection générale des jeunes générations pour les sciences et techniques nucléaires font que le capital de connaissances dans ce secteur est fortement menacé et le renouvellement des compétences reste encore un véritable défi à relever.

Que peut-on retenir en résumé des échanges et débats de la rencontre ?
Le débat était riche en recommandations favorisant la sensibilisation de la jeune génération et leur implication dans les différentes applications nucléaires auxquelles peuvent recourir les secteurs socio-économiques tels que la santé, l’industrie, l’environnement, l’agriculture, l’énergie, l’eau, les mines, la géologie ou encore la recherche scientifique. Il a également été relevé, à travers ces échanges, l’importance du réseautage avec les seniors intervenant dans différents organismes nationaux et internationaux.

Comment peut-on surmonter les freins d’ordre psychologique qui pèsent sur le nucléaire souvent assimilé à un secteur à hauts risques ce qui peut susciter parfois des craintes ?
L’information fournie aux individus et à la société d’une manière générale joue un rôle décisif dans la perception des risques et bénéfices relatifs au secteur nucléaire. Il convient tout de même de noter que cette perception est malheureusement entachée par l’image effrayante liée souvent aux utilisations militaires du nucléaire et les catastrophes comme celle de Tchernobyl à laquelle s’ajoute une certaine méconnaissance des risques associés à ce type de technologie en termes de dangerosité, production, déchets générés, impact environnemental ou moyens de protection. Malheureusement, cette perception a pour principale conséquence d’occulter insidieusement les multiples bénéfices des applications des techniques nucléaires dans le développement des secteurs socio-économiques comme l’exemple de la pratique quotidienne en médecine nucléaire pour le diagnostic et le traitement de certaines maladies ou cancers. Il est donc du devoir de la communauté du nucléaire d’adopter un système d’information et de communication rassurant et transparent face aux occupations et inquiétudes autour du nucléaire.

Quel rôle peut jouer MYGN pour faire connaître et promouvoir les autres facettes nucléaires et ses autres utilisations pacifiques très utiles comme dans la médecine, l’agriculture et autres ?
Pour bien contribuer à la promotion des utilisations pacifiques du nucléaire, nous étions conscients au sein de l’association d’emprunter une approche globale, participative et inclusive, avec l’ensemble des parties prenantes. A ce titre, le soutien des institutionnels (Département de l’énergie et des mines, département des affaires étrangères, AMSSNuR, CNESTEN) et des hauts responsables de l’AIEA est manifeste, à travers leur contribution constante et leur soutien précieux à nos différentes activités. Des représentants de différentes pratiques nucléaires au sein des secteurs socio-économiques notamment la santé, l’agriculture, l’industrie et bien d’autres sont affiliés à notre Association. Dans notre communication, nous essayons d’utiliser davantage les réseaux sociaux, développer notre propre chaîne Youtube, ou prendre part à des émissions TV et radiophoniques, tout en veillant à des couvertures médiatiques par le biais de la presse écrite ou électronique ce qui assure une large couverture auprès des différentes catégories socio-professionnelles : institutionnels, praticiens, enseignants, étudiants, grand public, ou encore les marocains du monde résidant à l’étranger. Ceci est dans l’objectif de créer un espace d’échange d’expériences professionnelles et de dissémination de connaissances en vue de promouvoir les applications pacifiques du nucléaire et de faire émerger des opportunités de développement de carrières ou d’insertion professionnelle auprès des jeunes.

Quelle évaluation faites-vous à la MYGN de l’évolution du nucléaire au Maroc et des perspectives d’avenir ?
Le secteur nucléaire au Maroc a connu une grande évolution durant la dernière décennie, qui a été marquée par plusieurs faits marquants notamment la mise en service du réacteur nucléaire Triga Mark II du CNESTEN, l’installation de deux cyclotrons médicaux et la création de l’Agence marocaine de sûreté et sécurité nucléaire et radiologique. Le nombre des centres de médecine nucléaire, d’imagerie et de radiothérapie ne cesse d’augmenter, ainsi que le nombre d’entreprises qui œuvrent dans le secteur industriel principalement le contrôle non-destructif (CND) a passé de 1 à plus de 40 entreprises entre 2010 et 2020. Le domaine de la formation en sciences et techniques nucléaires a connu aussi une grande dynamique. Le domaine nucléaire promet encore de bonnes perspectives, surtout avec la réglementation de ce secteur qui devient de plus en plus contrôlé. Le secteur médical qui représente actuellement plus de 70 % des applications nucléaires va continuer sa progression avec l’ouverture de nouveaux centres dans d’autres villes (qui restent actuellement concentrés sur l’axe Rabat-Marrakech). Les applications nucléaires dans les autres secteurs ne cesseront de se développer aussi. Or, cette évolution nécessite d’être accompagnée par des ressources humaines qualifiées et compétentes d’où l’intérêt de la formation dans ce secteur et dans ce cadre MYGN joue la promotion pour attirer l’attention des jeunes aux opportunités qu’offre ce secteur en les encourageant à faire des études et une carrière dans ce domaine.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *