970x250

Annan pour la paix au Soudan

M. Annan, qui effectue sa première visite dans le Sud du Soudan en sa qualité de secrétaire général de l’Onu, a rencontré le dirigeant du Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM), John Garang, qui doit prochainement prendre en charge la fonction de vice-président d’un gouvernement d’union nationale. M. Annan a été accueilli sur le minuscule terrain d’atterissage de Rumbek par John Garang qui lui a offert deux taureaux en cadeau de bienvenue.
 Le dirigeant de l’Onu a remercié son hôte pour le cadeau mais a suggéré que les taureaux restent au Soudan et soient offerts aux orphelins et veuves de guerre. Avant de se rendre à Rumbek, M. Annan avait fait une escale éclair à Jouba (sud), où il avait affirmé aux journalistes espérer discuter de l’application de l’accord de paix du 9 janvier, des questions d’ordre humanitaire et encourager les bailleurs de fonds à consolider les progrès enregistrés dernièrement.
 Cette visite de M. Annan dans le sud intervient au troisième et dernier jour d’une tournée-marathon au Soudan visant à promouvoir les efforts humanitaires et sécuritaires dans la région du Darfour (ouest) et d’appuyer l’accord de paix nord-sud. Le conflit opposant, depuis février 2003, les forces gouvernementales aux rebelles dans le Darfour a fait, selon les estimations, entre 180.000 et 300.000 morts et quelque 2,4 millions de déplacés. La guerre civile entre le nord arabo-musulman et le sud à majorité animiste et chrétienne a coûté la vie à plus de 1,5 million de personnes et fait plus de quatre millions de déplacés. "Vous ne pouvez pas avoir la paix dans une partie du pays lorsque vous avez un grave conflit dans une autre", a déclaré M. Annan, à la veille de sa visite dans le sud. Vendredi, il a averti que l’accord de paix nord-sud était en danger en raison de la pénurie de ressources nécessaires pour le mettre en application.
 "Oui, nous avons des problèmes au sud. Nous n’avons pas toutes les ressources financières dont nous avons besoin.
C’est une honte que, dans le sud, nous ayons un accord de paix mais pas les ressources nécessaires", a-t-il dit, notant que les donateurs semblaient avoir orienté leurs aides vers le Darfour. M. Annan avait appelé les donateurs à partager équitablement leur aides entre le sud et le Darfour.
 "Ce dont nous avons besoin, ce sont des ressources additionnelles pour couvrir les deux crises et nous appelons les donateurs à réellement nous aider pour recueillir les ressources nécessaires", a-t-il dit.
 Le Conseil de sécurité de l’Onu a approuvé le 24 mars le déploiement de quelque 10.000 hommes des forces de maintien de la paix pour consolider l’accord de paix nord-sud. Outre M. Garang, le secrétaire général de l’Onu doit également rencontrer à Rumbek des membres de la Commission d’examen de la Constitution nationale (NCRC), chargée de rédiger la Constitution intérimaire qui doit régir le pays pendant les six prochaines années.
M. Annan devait regagner Khartoum, via Jouba, pour un entretien avec le président soudanais, Omar al-Béchir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.