Bientôt des F16 «made in Morocco»

Bientôt des F16 «made in Morocco»

Des ingénieurs marocains vont moderniser les célèbres chasseurs américains pour  atteindre le standard «Viper»

C’est probablement un pas de géant que le Maroc compte effectuer dans l’industrie militaire. La flotte marocaine F16 des Forces Royales Air (FRA) sera toute de standard Viper, l’un des modèles les plus performants du célèbre chasseur américain. Si un nouveau escadron sera fabriqué dans les usines de Lockheed Martin sur le sol américain, un autre escadron des FRA sera modernisé directement par les ingénieurs marocains au Royaume.

En effet, le département de la Défense américain via l’US Air Force avait attribué un contrat à Lockheed Martin, le constructeur du F-16, pour la fabrication de 24 F-16V, dans les usines de Lockheed Martin à Greenville, en Caroline du Sud et à Fort Worth, au Texas. Mais l’accord en question prévoit également l’octroi de 23 kits Viper F16 pour moderniser ses actuels F-16 marocains. Concrètement, la modernisation des 23 F-16B pour atteindre le standard Viper sera entièrement assurée par des Marocains au Maroc. Plus concrètement encore, des ingénieurs marocains feront le déplacement aux USA pour prendre part à la transformation d’un F16B au standard Viper.

La seconde étape consistera bien évidemment à la transformation de pas moins de 22 appareils à la «Base Ecoles des Forces Royales Air et l’Ecole Royale de l’Air, Marrakech» par des militaires marocains. Loin d’être une mince affaire, cette opération suppose un transfert d’une technologie de pointe et un savoir-faire relevant du top secret. C’est pour cette raison que rares sont les pays aujourd’hui qui obtiennent l’accord du Pentagone pour la modernisation ou la fabrication sous licence de matériel militaire américain. Lorsqu’il s’agit de la modernisation d’un fleuron de l’aviation militaire mondiale d’une manière générale et celle américaine en parti, cet accord représente un tournant dans la coopération militaire entre le Royaume et le pays de l’Oncle SAM.

C’est dans ce cadre d’ailleurs que les deux pays viennent de signer un accord militaire historique. Dans ce sens, le numéro un du Pentagone a fait le déplacement à Rabat il y a quelques jours. Une visite marquée notamment par la signature d’un accord par Abdellatif Loudiyi, ministre délégué chargé de l’Administration de la défense nationale, et Mark Esper, secrétaire américain à la Défense, en présence notamment de ministre des affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, et de plusieurs personnalités diplomatiques et militaires des deux pays. Cet accord est baptisé «Feuille de route pour la coopération en matière de défense 2020-2030 entre le Royaume du Maroc et les Etats-Unis d’Amérique».
Le secrétaire américain à la Défense et le ministre des affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger ont fait observer que cette feuille de route «encadrera la coopération sur un large éventail de domaines prioritaires».

Vision

Le partenariat stratégique Maroc-Etats-Unis puise sa force dans la vision éclairée de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, avait affirmé le ministre des affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, lors de la signature à Rabat de la feuille de route de coopération en matière de défense (2020-2030) entre les deux pays, se félicitant du caractère «exceptionnel» et des «succès communs» de ce partenariat qui se démarque par son dynamisme et sa vision résolument dirigée vers l’avenir.
Dans un discours prononcé à cette occasion, M. Bourita avait souligné que cet événement offre l’opportunité de se féliciter des réalisations que les deux pays ont été en mesure de concrétiser grâce à la richesse de leur partenariat stratégique englobant les volets diplomatique, de défense et économique, et les échanges culturel et humain, en faisant observer que cette feuille de route est «opportune et pertinente à bien des égards».
La feuille de route a été signée au siège du ministère des affaires étrangères par le ministre délégué auprès du chef de gouvernement chargé de l’Administration de la défense nationale, Abdellatif Loudiyi, et par le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, que M. Bourita avait reçu, Sur Très Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Visites

Le déplacement au Maroc de M. Esper intervient dans le sillage d’une séquence importante de visites de hauts responsables US, notamment le secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, le conseiller principal du président Trump, Jared Kushner, le secrétaire à la Sécurité intérieure par intérim, David Pekoske, ainsi que le président du MCC, Sean Cairncross. La visite de M. Esper, selon le chef de la diplomatie marocaine, offre l’opportunité de jeter un regard sur les acquis du partenariat Maroc-Etats-Unis et «de se féliciter de ce qui a été réalisé», notant que cette alliance ancienne puise sa force dans une longue histoire de soutien mutuel et d’amitié qui ne s’est jamais démentie. Et de rappeler à cet égard la signature, en 1786, par le Sultan Mohammed III, John Adams et Thomas Jefferson du Traité d’Amitié et de Paix, qui a posé le premier cadre aux relations entre le Royaume du Maroc et les Etats-Unis d’Amérique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *