970x250

Bouyeri, figure-clé d’un groupe terroriste ?

"Il a joué un rôle majeur" dans le groupe Hofstad, dont douze membres accusés d’avoir préparé des actes de violences comparaissaient mardi lors d’une audience technique à Rotterdam, a affirmé le procureur Koos Plooy. "Bouyeri et Jason Walters (un Néerlandais de père américain) constituaient le coeur de ce groupe", a ajouté son adjoint, Alexander van Dam.
Formellement, le présumé meurtrier de Van Gogh n’est pas inculpé pour participation à cette organisation terroriste, car l’enquête se poursuit. "Il a cherché sur Internet de la littérature qui prêche la violence. Lui-même a écrit des articles qui défendent l’usage de la violence mortelle. Il a assisté à plusieurs réunions (de membres du groupe). Il avait un rôle majeur", a expliqué le procureur.
Le tribunal de La Haye, qui a déménagé dans celui de Rotterdam pour des raisons de sécurité, consacrait mardi une journée d’audience procédurale aux douze hommes, essentiellement d’origine nord-africaine, accusés d’appartenir au groupe «Hofstad». L’accusation a demandé la prolongation de leur détention provisoire de 90 jours, pour les besoins de l’enquête. Les juges rendront leur décision ce mercredi.
Les suspects ont été arrêtés en novembre et décembre 2004, dans les semaines qui ont suivi le meurtre de Theo van Gogh, le 2 novembre dans une rue d’Amsterdam. Ils sont accusés d’appartenance à une organisation terroriste qui conspirait en vue de tuer Van Gogh, la députée libérale, Ayaan Hirsi Ali, connue pour ses critiques virulentes de l’Islam, le député d’extrême droite Geert Wilders, le maire d’Amsterdam Job Cohen, d’origine juive, et son adjoint chargé notamment des affaires multiculturelles, Ahmed Aboutaleb, d’origine marocaine. Ils risquent la détention à perpétuité s’ils sont reconnus coupables.
Deux de ces suspects, Jason Walters et Ismaïl Akhninkh, sont également inculpés pour possession de grenades et pour avoir blessé des policiers en tentant d’éviter leur arrestation en novembre, au cours du siège de presque une journée d’un appartement de La Haye où ils étaient réfugiés. Selon l’accusation, il y a des indications selon lesquelles les membres du groupe   «Hofstad» connaissaient le projet de Bouyeri d’assassiner Van Gogh. Le procureur Koos Plooy a indiqué que des traces de sang de mouton avaient été retrouvées dans le couloir de la maison de Bouyeri. "Il semble qu’un mouton ait été utilisé dans la maison de Bouyeri pour pratiquer et montrer comment une personne peut être tuée", a précisé le procureur.
Selon les résultats provisoires de l’enquête sur le meurtre de Van Gogh, le présumé assassin a frappé au nom de l’islam radical. Il avait planté dans le corps de sa victime un poignard auquel était attaché un message de citations du Coran, et des menaces contre des politiciens, dont Mme Hirsi Ali. Mohammed Bouyeri devra répondre devant la justice néerlandaise du meurtre de Van Gogh, un petit-neveu du peintre Vincent van Gogh, mais l’accusation dans son dossier n’a pas exclu qu’il soit également inculpé dans le dossier du groupe Hofstad. Interpellé immédiatement après le meurtre, alors qu’il tentait de fuir, il a déjà comparu à deux reprises lors d’audiences de procédure, et son procès devrait débuter le 11 juillet à Amsterdam.

Stephanie van Den Berg (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.