970x250

Ces questions d’actualité sous la loupe du bureau politique du RNI

Ces questions d’actualité sous la loupe  du bureau politique du RNI

Elections partielles, pouvoir d’achat, protection sociale…

En prélude à la 23ème Fête du Trône, le Rassemblement national des indépendants (RNI) a tenu, jeudi dernier, la réunion de son bureau politique sous la présidence d’Aziz Akhannouch. Cette rencontre, tenue en mode virtuel, était l’occasion de débattre de questions nationales et d’organisation. A commencer par les élections partielles dans deux villes où le parti de la colombe a triomphé.

Défendre la population de Meknès et Al Hoceima

A propos des élections partielles dans les villes de Meknès et Al Hoceima, le bureau politique du RNI et son président, M. Akhannouch, ne manquent pas de féliciter les gagnants à l’issue de ces élections, notamment Sophia et Boutaher Tahiri pour leur victoire dans ces échéances. Par l’occasion, cette formation politique n’hésite pas à devoir «une fière chandelle aux habitants de ces deux villes pour leur confiance dans le parti et ses candidats». Le tout en louant l’ambiance de probité et de transparence pour réussir cette étape outre celle du 8 septembre qui a «ancré le choix démocratique du pays loin de la démagogie et des discours populistes». Dans ce sens, le RNI se félicite de «la gestion des élections par notre pays devenu un exemple à suivre». Le tout sans manquer de confirmer «la forte volonté de ne ménager aucun effort pour défendre les différentes questions de développement dans ces deux villes ainsi que d’autres zones de notre pays».

L’amélioration du pouvoir d’achat comme «mesure profonde»

Cette rencontre, marquée par l’interaction avec un document publié par une organisation qui y relaie des allégations fallacieuses, s’est également distinguée par le débat sur les conditions que traverse le pays. Celles-ci étant imprégnées par la continuité des répercussions de la pandémie sanitaire internationale et la crise économique mondiale de par l’inflation outre l’impact de conflits géopolitiques sur la disponibilité abondante des matières premières. A cet égard, le bureau politique confirme «la difficulté de la situation économique qui exerce une pression sur notre pays». «Le gouvernement a le courage moral et politique pour faire face à différents défis avec patriotisme tout en évoquant toute la responsabilité historique sans avancer des prétextes faibles», avance le RNI en donnant des exemples.

C’est le cas des bons choix faits pour abonder dans le sens de l’intérêt de la patrie et des citoyens dans le présent et le futur tout en prenant des mesures visant l’amélioration du pouvoir d’achat des citoyens à l’instar de la duplication du soutien à la Caisse de compensation, aux professionnels de transport, à de secteurs sociaux sans toucher au budget réservé à l’investissement en focalisant sur le soutien «rationnel» pour appuyer les couches vulnérables sans perdre de souveraineté nationale. Mieux encore, le parti estime que la préservation du pouvoir d’achat «n’est ni un symbole politique pour récolter des acquis apolitiques, ou une gestion provisoire, ou une mesure à part et susceptible d’être incluse dans la loi de Finances, ni encore une mesure prise pour débloquer des crises économiques». «Il s’agit plutôt d’une mesure profonde qui a comme point de départ l’instauration de politiques publiques», poursuit le bureau politique qui donne également l’exemple de l’ancrage des bases de l’Etat social via la généralisation de la protection sociale sur l’ensemble des Marocains, la réforme des secteurs de la santé et l’éducation, la mise en place de politiques gouvernementales portant sur l’appui à l’investissement, l’offre de postes d’emploi et l’émission du Registre social unifié.

De la protection sociale

Aussi, le bureau politique ne manque pas de se féliciter du succès de la mise en place de la généralisation de la protection sociale. «Ce chantier royal n’est pas un simple souhait ou slogan. Il trouve plutôt, dans la réalité, un nouvel espace pour la bonne mise en œuvre», avance le RNI. Dans ce sens, le parti met en avant l’émission de 22 décrets d’application en un temps record pour permettre à 11 millions de non-salariés et leurs ayants droit de bénéficier de l’AMO. Le tout en se penchant sur l’inclusion de 11 millions de Ramédistes dans ce système avant la fin de cette année. Par la même occasion, le parti se félicite de l’approbation par le Conseil des ministres du projet de loi-cadre relatif au système sanitaire, ainsi que celui portant sur l’investissement. Il se réjouit également de la programmation budgétaire pour les 3 prochaines années (2022-2025) en poursuivant le soutien à l’investissement par le gouvernement en tant que «seul moyen pour réaliser le développement voulu». De même, il se félicite de l’orientation gouvernementale quant à la réponse aux différentes questions brûlantes, notamment celles ayant trait à l’emploi et aux réformes sociales.

Cela étant, le parti ne manque également pas de devoir une fière chandelle aux différents coordinateurs régionaux à l’issue de la tournée des congrès régionaux marqués par la tenue de ceux des organisations parallèles dans l’ensemble du Royaume en application des conclusions du septième congrès national. In fine, le parti loue le bilan du gouvernement dans le Parlement et celui parlementaire tout en se félicitant de l’œuvre gouvernementale sous la coupole censée continuer à servir la démocratie sans devenir un espace pour échanger des paroles inconvenables.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.