970x250

Chefchaouen : Des éleveurs caprins de la province formés aux nouvelles techniques d’engraissement des chevreaux

Chefchaouen : Des éleveurs caprins de la province formés aux nouvelles techniques d’engraissement des chevreaux

Avec l’utilisation rationnelle des pâturages sylvopastoraux

Au Nord, l’élevage caprin est une filière agricole dominante et de grande importance pour le développement économique et social de la région. C’est dans ce contexte que l’Institut national de la recherche agronomique à travers son Centre régional de la recherche agronomique de Tanger (INRA-CRRA) et la Direction provinciale de l’agriculture (DPA) ont organisé, mardi 17 mai, une journée de sensibilisation et de formation pratique et participative des éleveurs caprins au niveau de la province de Chefchaouen. Cette journée intervient dans le cadre de «la collaboration entre l’INRA-CRRA de Tanger et la DPA de Chefchaouen, et dans la perspective d’améliorer la maîtrise technique et la rentabilité de l’élevage caprin», selon les organisateurs.

Cette formation porte sur la conduite alimentaire pour l’engraissement des chevreaux d’embouche et l’utilisation rationnelle des pâturages sylvopastoraux. «Dans le Nord du Maroc, l’élevage caprin est basé essentiellement sur l’utilisation des ressources sylvopastorales. Cet écosystème joue un rôle très important au niveau écologique, socio-économique et pastoral. Ainsi, le calendrier alimentaire des caprins se caractérise par une longue période de soudure pendant l’automne et l’hiver liée à un faible apport fourrager assuré par cet écosystème, ainsi qu’un manque notable en ressources protéiques», a expliqué Dr Mohamed Acherkouk, chercheur à l’Unité de recherche sur la production animale (URPA) à l’INRA-CRRA de Tanger.
De son côté Dr Mohamed Ayadi, chef de l’URPA, a fait part que l’amélioration et la diversification du calendrier alimentaire des troupeaux, ont fait l’objet de plusieurs travaux au niveau de l’INRA-CRRA de Tanger. Et ce à travers «l’intégration de nouvelles cultures fourragères et des sous-produits agricoles de la région dont les résultats sont prometteurs», a-t-il précisé.

Selon les données relatives à la région Nord, communiquées à cette occasion, l’espèce caprine y représente 37% des effectifs des ruminants et contribue à plus de 70% dans les revenus des éleveurs dans les zones montagneuses rifaines. Il s’agit d’un système d’élevage, majoritairement traditionnel, exploitant des populations caprines locales parfaitement adaptées aux conditions montagneuses de la région. «C’est un système extensif basé sur l’utilisation d’une flore pastorale autochtone riche et diversifiée. Cependant, les productions de ce secteur demeurent faibles par rapport au potentiel. Cette situation est attribuée aux faibles performances zootechniques des troupeaux comme conséquence de la non-maîtrise de la conduite technique des élevages», a-t-on souligné.

Notons que le Centre de l’INRA à Tanger mène, dans le cadre de la nouvelle stratégie agricole nationale «Génération Green », un programme de recherche multidisciplinaire traitant de la diversification et la caractérisation des nouvelles ressources alimentaires locales et la maîtrise de leur utilisation par les animaux en particulier les caprins dans le Nord du Maroc afin d’accompagner le développement de cette filière.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.