Conseil national des droits de l’Homme : Adoption des orientations stratégiques du second mi-mandat 2022-2024

Conseil national des droits de l’Homme : Adoption des orientations stratégiques  du second mi-mandat 2022-2024

La sixième session de l’assemblée générale du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), tenue vendredi, a adopté les orientations stratégiques du second mi-mandat du Conseil (2022-2024), ainsi que les recommandations et propositions devant être soumises au chef du gouvernement et visant à garantir l’effectivité des droits de l’Homme.

Lors de cette réunion, tenue sous la présidence de Amina Bouayach, présidente du CNDH, les membres du Conseil ont discuté de la stratégie de l’instance pour son second mi-mandat, axée autour de sept points majeurs ayant pour dénominateur commun l’effectivité des droits de l’Homme, indique samedi un communiqué du Conseil. Les axes prioritaires du Conseil pour cette période comprennent le renforcement du rôle du Conseil dans la protection des droits de l’Homme, la consolidation de la prévention des violations, la promotion de la culture du respect des droits de l’Homme, l’amélioration de la pratique conventionnelle, la poursuite de l’interaction aux niveaux national et international, le suivi de la mise en œuvre des recommandations de l’Instance équité et réconciliation, l’amélioration de la communication institutionnelle et le développement de l’organisation institutionnelle.

L’assemblée générale du Conseil a également approuvé les propositions et recommandations visant à renforcer l’effectivité des droits dans le domaine des politiques publiques, que le Conseil soumettra au chef du gouvernement. Ces propositions et recommandations, précise le communiqué, mettent l’accent sur la nécessité d’adopter une approche fondée sur les droits de l’Homme dans l’élaboration des politiques publiques en vue de la réalisation d’un développement inclusif et durable, notant que cette approche doit reposer sur les principes de participation, de responsabilité, de non-discrimination, d’autonomisation, de légitimité et de proactivité.

Pour Mme Bouayach, ces propositions et recommandations sont à même de « consolider les acquis que notre pays a accumulés dans le domaine de la protection et du renforcement des droits de l’Homme, et de contribuer à relever les défis liés à la pratique des droits et libertés », partant des dispositions constitutionnelles, des conventions internationales ratifiées par le Maroc et des recommandations du Conseil adressées au gouvernement. L’approche des droits de l’Homme proposée par le Conseil devrait également permettre de réduire le fossé entre les lois et législations accumulées et leur impact en matière des droits économiques, sociaux, culturels et environnementaux, et de favoriser l’autonomisation et l’inclusion sociale.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *