Consulat US à Dakhla, dernier clou dans le cercueil du polisario & co

Consulat US  à Dakhla, dernier clou dans le cercueil du polisario & co

David Schenker confirme depuis Alger que la solution marocaine est la seule applicable

Les États-Unis plus que jamais avec et pour le Maroc. Dans une nouvelle illustration de la détermination américaine d’aller de l’avant et de définitivement tourner la page du séparatisme, une délégation américaine de haut niveau, conduite par le secrétaire d’Etat adjoint américain en charge des questions du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord, David Schenker, a visité, dimanche, les locaux du futur consulat général des Etats-Unis d’Amérique à Dakhla. L’un des moments phares de cette visite fut sans nul doute le point de presse donné par le haut responsable US. Dans ce sens, le sous-secrétaire d’Etat américain en charge des questions du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord a salué le leadership de SM le Roi Mohammed VI dans la promotion «d’un agenda de réforme audacieux et de grande envergure» au cours des deux dernières décennies.

Les développements récents qu’ont connus les relations entre les Etats-Unis et le Royaume «ont été rendus possibles grâce au leadership de SM le Roi Mohammed VI dans la promotion d’un agenda de réforme audacieux et de grande envergure au cours des deux dernières décennies», a souligné M. Schenker lors du même point de presse à l’issue de ses entretiens avec le ministre des affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.
Le responsable US s’est également félicité du «soutien continu et précieux» de SM le Roi sur des questions d’intérêt commun tels que la paix au Moyen-Orient, la stabilité et le développement en Afrique, ainsi que la sécurité régionale.

«Les relations américano-marocaines sont plus fortes que jamais (..). Nos meilleures années sont devant nous», a-t-il insisté, rappelant l’annonce faite le mois dernier par le président Donald Trump de reconnaître la souveraineté pleine et entière du Maroc sur l’ensemble de son Sahara.
M. Schenker a souligné que les États-Unis sont déterminés à approfondir et renforcer leurs liens avec le peuple marocain à la faveur de la promotion des relations commerciales, des échanges culturels, en plus de celles gouvernementales.
Il a en outre mis en avant les efforts du Maroc pour «promouvoir la tolérance et l’harmonie religieuses» qui sont «un exemple dans la région», citant notamment «sa tradition historique de protection de sa communauté juive» ainsi que la signature de la Déclaration de Marrakech sur les droits des minorités religieuses dans le monde islamique.
Le sous-secrétaire d’Etat américain a aussi noté que le Maroc reste «un partenaire clé pour la stabilité régionale», ajoutant que les deux pays «bénéficient d’un large partenariat militaire».
Côté économie, il a noté que le Royaume est le seul pays d’Afrique avec lequel les Etats-Unis ont signé un Accord de libre-échange, faisant savoir que les exportations marocaines vers les États-Unis ont plus que doublé depuis l’entrée en vigueur de ce pacte en 2006. «La valeur de notre commerce bilatéral a quintuplé au cours de cette période», a-t-il dit.

M. Schenker a rappelé que l’année 2021 marque le 200e anniversaire de l’ouverture de la première mission diplomatique des États-Unis au Maroc, à Tanger où se trouve «la plus ancienne installation diplomatique US du monde».
Il faut préciser que ces développements arrivent à un moment où des décisions à forte connotation politique et diplomatique sont prises en faveur du Maroc outre Atlantique. En effet, les plus grands organismes et institutions politiques, diplomatiques, militaires et sécuritaires américains ont adopté la carte complète du Maroc intégrant son Sahara. Il s’agit notamment du Pentagone, de la CIA et de l’Otan.

De même, David Schenker avait confirmé depuis Alger où il a fait une escale que la solution marocaine est la seule applicable pour la question du Sahara. Cette fois-ci, le polisario & co sont définitivement morts et enterrés.

Laâyoune

La première étape de la visite de la délégation de haut niveau US au Sahara marocain fut Laâyoune. Dans la capitale du Sud marocain, M. Schencker a effectué une tournée, en particulier le quartier diplomatique qui abrite les consulats de plusieurs pays. Il s’est également rendu au siège de la mission des Nations Unies au Sahara (Minurso). Il faut dire que les États-Unis ont pris énormément de décisions en faveur de la cause marocaine.
Depuis la proclamation américaine signée par le président US reconnaissant la marocanité du Sahara, plusieurs décisions ont suivi. Dans ce sens, l’ambassadeur des États-Unis au Maroc, David Fischer, avait présenté la carte du Maroc, incluant les provinces du Sud, qui avait été officiellement adoptée par le gouvernement américain.
“Je suis ravi de présenter la carte du Royaume du Maroc officiellement adoptée par le gouvernement américain”, a souligné M. Fischer lors d’un point de presse tenu dans le sillage de la décision historique des États-Unis de reconnaître la souveraineté pleine et entière du Maroc sur son Sahara.

Étape 2

La deuxième étape dans la visite officielle américaine fut la ville de Dakhla. A son arrivée à l’aéroport de Dakhla, M. Schenker a été accueilli par le wali de la région Dakhla-Oued Eddahab, gouverneur de la province d’Oued Eddahab, Lamine Benomar, ainsi que par les présidents des conseils élus.

Le responsable US s’est ensuite rendu au Centre régional des métiers de l’éducation et de la formation de Dakhla-Oued Eddahab. Dans une déclaration, il a souligné que la décision des Etats-Unis de reconnaître la pleine souveraineté du Royaume du Maroc sur l’ensemble du Sahara marocain “ouvre des opportunités pour une coopération plus étroite” entre les deux pays, évoquant en particulier la perspective d’un partenariat avec les organisations œuvrant dans le domaine de l’éducation et de la formation dans cette partie du Royaume.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *