Coopération sécuritaire : Un attentat déjoué en France grâce à la DGST

Coopération sécuritaire : Un attentat déjoué en France grâce à la DGST

Des données précises ont été fournies concernant une opération terroriste imminente visant une église

C’est probablement un bain de sang qui a pu être évité à la France grâce à la coopération marocaine. Les autorités françaises avaient annoncé il y a trois jours des arrestations à Béziers. On en sait aujourd’hui davantage de cette opération. En effet, la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST) a transmis, le 1er avril 2021, aux services de renseignements français extérieurs et intérieurs (DGSE-DGSI), des informations précises concernant une citoyenne française d’origine marocaine, qui préparait une opération terroriste imminente visant un lieu de culte en France (église).

Selon le porte-parole de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et de la DGST, les autorités françaises compétentes ont procédé les 3 et 4 avril à des opérations d’interpellations et de saisies ayant permis de neutraliser les risques de ce projet terroriste, sur la base des données fournies par les services de sécurité marocains. Les informations fournies par la DGST aux services sécuritaires français concernés comprenaient des données personnelles sur la suspecte principale et ses données d’identité électroniques, ainsi que sur le projet terroriste qu’elle s’apprêtait à exécuter en coordination avec des éléments de l’organisation terroriste «Daech», ajoute-t-on de même source. Les autorités françaises ont été informées en temps utile que la suspecte principale était en phase finale d’exécution de son projet terroriste suicidaire à l’intérieur du lieu de culte, en plus de cibler les fidèles avec une grande épée pour les tuer et les mutiler.

La DGST a également mis à la disposition des autorités françaises des informations sur le niveau d’extrémisme atteint par la femme porteuse de ce projet terroriste, notamment son intention imminente de commettre des actes de meurtre et de décapitation en s’inspirant des vidéos et des contenus numériques diffusés par l’organisation terroriste «Daech», que la suspecte visionnait régulièrement. Le partage de ces informations avec les services français s’inscrit dans le cadre de l’adhésion du Maroc aux mécanismes de coopération internationale de lutte contre les organisations terroristes, de consécration de la paix et de la stabilité dans le monde, ainsi que dans le sillage du renforcement de la coopération entre la DGST et les services de renseignements français dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et face à la recrudescence des menaces de l’extrémisme violent qui vise la sûreté et la sécurité des citoyens des deux pays.

Ce n’est pas la première fois où les services de la DGST coopèrent avec des organes de sécurité étrangers dans le but de lutter contre les menaces terroristes. Pour rappel, la Direction générale de la surveillance du territoire avait reçu des messages de félicitations et de gratitude du Federal Bureau of Investigation (FBI – section de New York) et de l’Agence de renseignement américaine (CIA) saluant le niveau de coopération distingué et de partenariat avancé qui les lient aux services de la DGST dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et de l’extrémisme violent dans l’objectif de garantir la sécurité et la sûreté des citoyens des deux pays.

Dans ce sens, le chef de la section new-yorkaise du FBI avait exprimé sa profonde gratitude et ses vifs remerciements pour la coopération et l’important soutien apporté par la Direction générale de la surveillance du territoire, notamment les renseignements précis qui ont été fournis en temps opportun, et qui ont permis de contribuer à la neutralisation d’un dangereux terroriste.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *