Des perspectives favorables pour le secteur agricole marocain

Des perspectives favorables pour le secteur agricole marocain

Le cabinet international d’intelligence économique, Oxford Business Group (OBG), a souligné les perspectives favorables du secteur agricole marocain à la faveur des conditions météorologiques favorables enregistrées cette année. Le retour de conditions météorologiques plus favorables au Maroc laisse présager d’importantes récoltes pour la saison agricole 2012-2013, ce qui devrait, par conséquent, stimuler le développement de la seconde phase de la stratégie gouvernementale de développement agricole, le Plan Maroc Vert (PMV), indique le cabinet dans une analyse parvenue mercredi à la MAP.

Ces perspectives favorables pour le secteur agricole sont les bienvenues après une difficile année 2012 marquée en son début par des températures au-dessous des normales saisonnières suivies par plusieurs semaines de sécheresse, le tout ayant causé la destruction partielle d’un certain nombre de cultures essentielles, ajoute la source.

Il est ainsi prévu que la récolte nationale de céréales atteindra le niveau record de 9,7 millions de tonnes, à comparer avec les 5,1 millions de tonnes de la saison 2011-2012, indique le think tank, relevant que cette récolte ne manquera pas de faire augmenter, conformément aux objectifs du PMV, la contribution de l’agriculture à l’économie du pays. A

court terme, une augmentation de la production agricole en 2012-2013 aura pour effet de générer des revenus à l’export et de diminuer la dépendance à l’importation de blé, note la source, soulignant que la performance du secteur agricole, qui représentait à lui seul près de 13% du PNB en 2011, peut avoir un impact macroéconomique majeur.

L’année passée, des niveaux de production inférieurs à la moyenne ont contribué au déclin de la croissance du PNB qui, selon les statistiques du FMI, a chuté de 5% en 2011 et à 3,2% en 2012, ajoute OBG, soulignant que ce chiffre devrait grimper, toujours selon le FMI, à 4,5% cette année tandis que les milieux gouvernementaux, qui tablent sur une récolte exceptionnelle, envisagent une croissance plus ambitieuse à 5,5%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *