Destinée à la CSMD : Le CNDH émet une recommandation pour la préservation de l’histoire du Maroc

Destinée à la CSMD : Le CNDH émet une recommandation pour la préservation de l’histoire du Maroc

L’histoire et la mémoire doivent avoir une place dans la construction du nouveau modèle de développement.

C’est l’approche soutenue par le Conseil national des droits de l’Homme qui a tenu le 4 décembre 2020 sa 3ème assemblée générale conformément aux dispositions de la loi n°76-15 relative à sa réorganisation. Cet évènement à distance a également été l’occasion de revenir sur les actions entreprises par le Conseil pendant la période du coronavirus et de fixer le cap pour l’année 2021.

Construire l’avenir sur des bases solides

Au cours de cette réunion, le gardien des droits de l’Homme au Maroc a en effet adopté une recommandation supplémentaire sur la nécessité de préserver la «mémoire» et l’histoire multiculturelle du Maroc afin de mettre en place un nouveau modèle de développement. Cette recommandation s’ajoute au mémorandum approuvé en mars dernier lors de la 2ème réunion de l’assemblée générale du Conseil. Ce mémorandum a été présenté à la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD). La réunion qui s’est déroulée vendredi dernier a par ailleurs été l’occasion pour valider le projet du budget annuel 2021 du CNDH et d’examiner les axes du projet du rapport annuel de la situation des droits de l’Homme au Maroc durant l’année 2020.

Les membres de l’assemblée ont dans ce sens mis l’accent sur l’importance de ce document compte tenu de du contexte imposé par la Covid-19 et les répercussions pouvant être engendrées sur les droits de l’Homme et les libertés à cause de cette pandémie. Dans la même logique, un rapport sur les travaux du bureau du Conseil pendant la période allant de mars à novembre dernier a été présenté, en plus des rapports sur les activités des comités permanents et des mécanismes nationaux, et d’un rapport sur l’installation des membres des comités régionaux (entre le 7 septembre et le 27 octobre 2020). Ce processus a permis au CNDH de parachever sa construction institutionnelle afin que les comités régionaux (en tant que mécanismes de proximité) puissent mener à bien les missions de protection, de promotion, de prévention des droits de l’Homme en tenant compte des préoccupations des citoyens.
Par ailleurs, les membres de l’assemblée générale ont félicité les membres du Conseil qui ont été élus dans les structures onusiennes. En effet, le Maroc est désormais représenté dans 8 structures onusiennes parmi 10.

Plaidoyers

Durant la période de crise sanitaire et notamment le confinement, le Conseil national des droits de l’Homme avait engagé un plaidoyer auprès du gouvernement pour soutenir les personnes les plus touchées en particulier les femmes victimes de violences, les personnes en situation de handicap, les migrants et les réfugiés. Le Conseil avait d’ailleurs lancé une campagne en parallèle avec la campagne internationale contre la violence à l’égard des femmes des filles. Il a également émis un appel concernant les entreprises et les droits de l’Homme lors de l’application des mesures économiques en période de pandémie. Le gardien des droits de l’Homme au Maroc a aussi demandé un vote en faveur de la recommandation des Nations Unies visant à mettre fin à la peine de mort. On notera également l’avis émis par le Conseil sur le projet de loi n ° 46.19 relatif à l’Instance nationale de la probité, de la prévention et de la lutte contre la corruption, la soumission d’ un mémorandum sur le projet de loi 72-18 relatif au dispositif de ciblage des bénéficiaires des programmes d’appui social et sur la création de l’Agence nationale des registres. Cette période a connu l’organisation de plusieurs échanges et réunions avec les autorités exécutives, judiciaires et élues au niveau régional. Sur le plan international, le Conseil a renforcé ses relations avec l’Alliance mondiale des institutions nationales des droits de l’Homme et les structures des Nations Unies, notamment à travers les différentes participations aux sessions tenues ainsi que la présentation de divers rapports thématiques sur la gestion de la pandémie par les autorités publiques.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *