970x250

Évaluation du programme « Villes sans bidonvilles »

Évaluation du programme « Villes sans bidonvilles »

Au début de cette séance, le Premier ministre a insisté sur la nécessité de la concordanation entre le ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme et le Ministère du Développement social et de la Solidarité pour une  meilleure efficacité dans les actions de lutte contre la pauvreté et l’exclusion, indique un communiqué de la Primature parvenu à la MAP. Le ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme a ensuite procédé à la présentation de l’état d’avancement du programme national : "Villes sans bidonvilles". Actuellement, le nombre global des ménages à loger s’élève à quelque 270.000 ménages dont 38.000 sont en milieu rural, 20.000 dans les provinces du sud et 212.000 sont étalés sur 70 villes. Quelque 18 villes concentrent plus de 82% des ménages, particulièrement dans le triangle atlantique Casablanca – Fès- Tanger avec plus du tiers des familles dans la région du grand Casablanca. Les fondements essentiels du programme VSB sont notamment: 
– l’arrêt de la prolifération des bidonvilles au niveau des agglomérations; 
– la prévention et la promotion de l’habitat social; 
– la résorption des bidonvilles existants.
Le programme VSB concerne 212.320 ménages avec un coût global de 17,1 milliards de dh mobilisant une superficie globale de 5.179,68 ha. Les subventions sont de l’ordre de 5,4 milliards de dh. L’état d’avancement de la réalisation du programme concerne, à fin mars 2005, quelque 106.122 ménages avec 24 contrats signés dont le coût total est de 7,6 milliards de dh avec une contribution du Fonds de Solidarité Habitat s’élevant à 2,3 milliards de dh. Le planning de mise en œuvre de l’opération se décline de la manière suivante: 2005-2006: 25 villes, 2007-2008: 38 villes, 2009-2010: 7 villes.
Le Premier ministre a appelé les divers intervenants à plus de mobilisation et de concertation pour mener à bout le programme VSB et réaliser la résorption de plus de 200.000 bidonvilles.
Il a, par ailleurs, insisté sur la nécessité de mettre en place un accompagnement social de proximité assorti à ce programme. Dans ce sens, M.Jettou a annoncé la programmation de deux réunions relatives respectivement à la problématique spécifique que connaissent notamment les villes de Casablanca et Témara et à la mise en place d’un fonds financier pour résoudre le problème d’accès au crédit-logement adapté aux populations à faible revenu.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.