Fête de l’indépendance : Edification du Maroc moderne

Fête de l’indépendance : Edification  du Maroc moderne

Dès les premiers jours de l’indépendance, le Trône enclenchait le combat du développement

«Nous nous réjouissons de pouvoir annoncer la fin du régime de tutelle et du protectorat et l’avènement d’une ère de liberté et d’indépendance». Les propos émanaient de Feu SM Mohammed V, qui avait à ses côtés le Prince Héritier et Son compagnon de lutte, Feu SM Hassan II, le 18 novembre 1955. Cette phrase était en effet un signal pour un nouveau commencement et l’édification du Maroc moderne. «Nous sommes passés de la bataille du petit Jihad à celle du grand Jihad», avait poursuivi le Sultan Sidi Mohammed Ben Youssef. Ce discours qui était également une véritable feuille de route, marquait le début d’une nouvelle ère pour le Maroc et les Marocains.

Le page du protectorat définitivement tournée, un autre combat commençait automatiquement sous impulsion royale. Ainsi, de nombreux chantiers ont été lancés dès les premiers mois de l’indépendance avec comme seul objectif l’édification d’un Maroc moderne et développé. L’un des premiers projets menés sous Feu Mohammed V fut sans nul doute l’édification de l’Etat de droit à travers l’adoption de nombreux textes et lois dès la fin des années 50.

De nombreuses réformes économiques ont été amorcées. Les premiers gouvernements formés avec les figures du mouvement national ont ainsi mis les bouchées doubles pour mettre en place les institutions politiques et économiques nécessaires à l’édification du Maroc moderne. C’est ainsi que de grands projets structurants ont pu voir le jour en un temps record. Il y a d’abord une réforme monétaire avec la création d’une monnaie nationale, le dirham. Il s’agit là d’un projet qui consolidait l’indépendance économique et monétaire du Royaume tout comme le renforcement du secteur financier à travers la création de Banque du Maroc, institut d’émission national, en remplacement de la Banque d’Etat du Maroc. Sur le plan institutionnel, il y a eu notamment la création du Conseil national consultatif, considéré comme une phase essentielle pour poser les jalons de l’action parlementaire dans le Maroc post-indépendance. Parmi les grands chantiers lancés dès les premières années de l’indépendance, il y a lieu de citer notamment la Caisse de dépôt et de gestion du Maroc (CDG), fondée par les pouvoirs publics afin de sécuriser l’épargne nationale via une gestion rigoureuse des dépôts. Le développement des ressources de la CDG depuis sa création s’est accompagné d’un élargissement de ses missions ainsi que d’une modernisation continue tant de ses modes de fonctionnement que de son organisation.

En 1959, le régime de sécurité sociale des salariés de l’industrie, du commerce et des professions libérales est institué. Il a pour mission de protéger les assurés sociaux contre les risques de suppression de leur revenu en cas de maladie, de maternité, d’invalidité et de vieillesse, et de leur servir des allocations familiales et attribuer à leurs ayants droit une allocation de décès et une pension de survivants. Entré en vigueur le 1er avril 1961, ce régime a été étendu, depuis, aux secteurs de l’agriculture et de l’artisanat. Il a, par ailleurs, connu des améliorations et extensions des prestations servies et la mise en place d’un réseau d’établissements sanitaires sous forme de polycliniques. Par ailleurs et dans le souci de protéger son indépendance et d’assurer sa souveraineté, le Maroc, sous la conduite de Feu SM Mohammed V, a décidé de se doter d’une armée moderne et professionnelle faisant l’objet du premier symbole de la souveraineté nationale.

Cette responsabilité a été confiée à Feu SM Hassan II, Prince Héritier à l’époque, pour diriger et assurer son développement, tout en veillant, durant son règne, à perfectionner son organisation et à moderniser son armement et ses équipements. Les Forces armées royales ont ainsi pu voir le jour le 14 mai 1956. Aujourd’hui encore, cette création constitue un motif de fierté pour tous les Marocains. C’est aussi un maillon essentiel de l’unité nationale et un digne ambassadeur des valeurs authentiques du Royaume partout où le devoir appelle ses membres.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *