970x250

Finances : La BCP renforce ses positions

La BCP qui a fêté, la semaine dernière,  l’ouverture de sa 500e agence dans le quartier Lissasfa à Casablanca a vu sa notation revue à la hausse par l’Agence internationale Standard and Poor’s. L’appréciation porte sur la note à long terme de la BCP, ramenée de BB/positive/B’ à BB+/stable/B’. Une révision similaire a concerné la note  souveraine du Royaume du  Maroc. La devise étrangère du pays est notée BB+/Stable/B alors que la notation de la devise locale est restée inchangée.
La note accordée à la BCP reflète le rôle moteur de l’institution au sein du groupe Banques Populaires. Les perspectives stables de la BCP reflètent celles du Royaume, dixit Standard & Poor’s qui table dans les prévisions à long terme sur la capacité de la BCP à maintenir le cap, en restant sur une forte stabilité financière et en préservant sa position commerciale de leader sur le marché marocain. Recommandation soulignée par l’agence, l’amélioration de la qualité des capitaux et de la structure financière de la BCP.
Standard & Poor’s continuera d’ailleurs à surveiller l’évolution de la structure du capital. La bonne assiette financière de la banque, liée à sa forte capitalisation (un ratio de liquidité de 151% pour un minimum réglementaire de 100%) et au comportement de ses fondamentaux dans un environnement ouvert à la concurrence, ont été déterminants dans l’appréciation rendue par Standard & Poor’s. Paramètres pris en compte, les fonds propres (10 milliards de dirhams) et le ratio de solvabilité (21,7% pour un minimum réglementaire de 8%). Le lien toujours fort entre l’Etat et la BCP est un gage supplémentaire de solvabilité, selon l’agence de notation.
La BCP est par ailleurs la seule banque à être soumise à une notation officielle. Point fort de la BCP, les dépôts de la clientèle, lesquels, avec 30 MDH, ont évolué de 6,7% durant le dernier exercice. La politique d’accompagnement des entreprises initiée par le staff se reflète aussi au niveau des concours octroyés aux institutionnels et aux grands groupes, en hausse. Les crédits distribués par le groupe ont atteint 44,2 milliards l’année dernière, soit 22% des parts de marchés et pour un taux de créances en souffrance de 14,74%. La BCP reste par ailleurs toujours abonnée aux premiers rangs dans le marché des capitaux avec un niveau d’emplois de 46. 295 MDH, soit 43% des interventions.
Les prévisions de Standard & Poor’s ont pris en compte aussi d’autres paramètres, comme la progression positive des résultats des opérations de marché, et, entre autres, le résultat net, en hausse de 4,8% sur le dernier exercice. A fin 2004, les ressources du groupe avaient atteint 88,7 milliards de dirhams.
Introduite en Bourse depuis le 8 juillet 2004, suite à la cession par l’Etat de 20% du capital, la BCP est créditée aujourd’hui d’un Price earnig ratio (PER) de 11,15 et d’un bénéfice par action de 67, 25 dirhams. De quoi plaire aux petits porteurs à la recherche de gains rapides.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *