Foyers professionnels de Covid-19 : Le warning de Laftit

Foyers professionnels de Covid-19 : Le warning de Laftit

La prolifération des cas Covid-19 dans les milieux professionnels impose plus de rigueur dans l’application du protocole sanitaire.

A ce jour, près de la moitié des cas de contaminations émanent de foyers professionnels et industriels. Et pour cause, certaines entreprises ont baissé la garde mettant en péril la santé de leurs effectifs. Abdelouafi Laftit, ministre de l’intérieur, a tiré la sonnette d’alarme lors d’une réunion tenue mardi avec une délégation de la Confédération marocaine des entreprises du Maroc (CGEM) à laquelle se sont joints également le ministre de la santé, le ministre de l’industrie et du commerce et la ministre du tourisme.

Lors de cette rencontre, les responsables publics ont invité les représentants du secteur privé à renforcer les mesures préventives et celles de protection des salariés dans les lieux de travail. Ils ont rappelé que 47% des cas Covid-19 déclarés à ce jour ont pour origine des foyers en milieu professionnel qui se sont propagés ensuite à travers les contaminations en milieu familial.
Cette réunion a été une occasion pour l’ensemble des parties prenantes de réitérer leur volonté de relancer la machine économique. Une relance qui, en aucun cas, ne devrait justifier le relâchement de certains opérateurs et le non-respect des dispositions sanitaires imposées dans le milieu professionnel. Les responsables publics appellent, dans ce sens, les opérateurs privés à plus de vigilance et à redoubler davantage d’efforts en termes de sensibilisation aux respects du protocole sanitaire mis en place afin d’éviter d’éventuels clusters dans les unités industrielles et professionnelles. L’exigence étant de respecter de la distanciation physique et règles d’hygiène, de porter obligatoirement le masque et de télécharger l’application «Wiqaytna».

Face à tout dépassement, les autorités publiques ne manqueront pas de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité sanitaire de l’ensemble des citoyens, y compris la fermeture d’unités qui ne veillent pas au respect des mesures de précaution décidées et des règles de protocole sanitaire en vigueur, tout en poursuivant en justice, le cas échéant, les responsables de ces unités. Abdelouafi Laftit a rappelé dans ce sens que «la santé des employés relève de la responsabilité de l’employeur, qui est considéré du point de vue juridique et moral dans l’obligation de garantir les conditions adéquates de travail au sein des unités industrielles et de production ou de transport à travers les moyens de transport des salariés».

Se référant au communiqué de l’Intérieur, diffusé en marge de cette réunion, les mesures de précaution préconisées par les autorités publiques pour faire face à cette urgence sanitaire ont été à l’ordre du jour de nombreuses réunions avec les représentants de la confédération aussi bien au niveau national que local. Ces derniers ont toujours manifesté leur adhésion à l’ensemble des recommandations et des orientations émises à ce propos. Cependant, un non-respect des mesures préventives a été à l’origine de l’apparition de foyers de contamination dans de nombreuses unités de production à l’instar de ce qui s’est produit dans la région de Lalla Maimouna, dans la province de Kénitra (Frigodar, Natberry Maroc) et de la province de Safi (Unimer Etamar). Cette réunion a été par ailleurs une occasion de dresser le bilan des interventions de contrôle des autorités publiques pour endiguer la propagation de la Covid-19 dans le milieu professionnel. Il ressort que depuis la reprise progressive de l’activité économique, les opérations de contrôle ont abouti à la fermeture de 514 unités industrielles et commerciales dans 34 provinces et préfectures du Royaume pour non-respect du protocole sanitaire. A ce jour 98 d’entre elles sont toujours fermées au moment où le reste a régularisé sa situation en se conformant aux dispositions sanitaires fixées.

La CGEM répond à l’appel

Les représentants de la CGEM ont réitéré lors de cette réunion leur adhésion totale et leur coopération constructive avec les autorités publiques. Ils se sont engagés à déployer davantage d’efforts pour enrayer l’épidémie, tout en intensifiant les campagnes de sensibilisation auprès des employeurs et des salariés et en assurant les outils de prévention nécessaires sur le lieu de travail ou sur les moyens de transport destinés aux travailleurs.

Quelques heures après la réunion avec Abdelouafi Laftit, le président de la CGEM, Chakib Alj, a adressé une lettre aux membres de la confédération les invitant «à redoubler de vigilance en renforçant les dispositifs sanitaires et préventifs mis en place sur les lieux de travail et au niveau des transports du personnel et en veillant à l’application rigoureuse par leurs salariés des règles d’hygiène et de distanciation».
Et de préciser que «les entreprises ne se conformant pas aux dispositifs sanitaires tels que dictés par les autorités locales seront exposées à des sanctions allant jusqu’à l’arrêt de leur activité». M. Alj a également souligné l’obligation d’adhésion à la campagne de dépistage massif pour les entreprises membres et non membres de la CGEM. Ainsi, toute entreprise n’étant pas encore inscrite à cette campagne est tenue de le faire dans les plus brefs délais sur le lien suivant (https ://coronavirus.cgem.ma/depistage-massif-en-entreprise).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *