Indépendance, une épreuve de tous les jours

Indépendance, une épreuve de tous  les jours

Le Royaume travaille à la renforcer sur les plans économique et politique

Aujourd’hui et alors que le système économique est en train de donner des signes de reprise, le Maroc met en application une véritable stratégie pour la relance. Plusieurs mesures et réformes stratégiques avaient été annoncées par Sa Majesté le Roi Mohammed VI dont un programme de relance économique ambitieux d’une enveloppe de 120 MMDH.

Le Maroc fait preuve d’une indépendance remarquable à tous les niveaux. La crise sanitaire qui sévit depuis bientôt deux années a fini par renforcer cette indépendance. L’exemple le plus important fut la capacité du pays à assurer tous les besoins de la population sans le moindre incident malgré l’affolement qui a précédé la période du confinement. Mieux encore, le Maroc a pu maintenir une cadence remarquable dans plusieurs secteurs exportateurs. L’agriculture ainsi que l’agroalimentaire et l’industrie automobile en sont le parfait exemple. Les derniers chiffres de l’Office de change sont à cet égard édifiants.

Le secteur de l’automobile a réalisé sur les 9 premiers mois de 2021 des exportations additionnelles de l’ordre de 8,22 milliards de dirhams, soit une variation positive de l’ordre de 16,4% en glissement annuel. A cet effet, les exportations automobiles dépassent le seuil des 58 milliards de dirhams alors qu’elles se positionnaient autour de 50,11 milliards de dirhams une année auparavant. Une évolution qui s’explique par la hausse de 22,4% des ventes du segment de la construction et de 7,7% de celles du câblage. Le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire s’érige en tant que valeur sûre des exportations marocaines à fin septembre 2021. Son chiffre d’affaires à l’export s’est consolidé de 4,5 milliards de dirhams (+10%) pour atteindre les 49,77 milliards de dirhams au titre des 9 premiers mois de l’année. Sur le plan social, le Maroc a donné l’exemple en déployant dans un temps record un dispositif permettant de verser des aides directes aux familles les plus affectées par la crise sanitaire et le confinement. Ainsi, le Comité de veille économique (CVE) avait décidé des mesures de soutien provisoire prises en faveur des ménages opérant dans le secteur informel et directement impactés par le confinement obligatoire. Compte tenu de la complexité et l’ampleur de la problématique, il a été décidé de procéder en deux temps. Les ménages Ramédistes opérant dans l’informel qui n’ont plus de revenus du fait du confinement obligatoire, ont bénéficié d’une aide de subsistance servie par le fonds coronavirus créé par Sa Majesté le Roi.

Une allocation de 800 dirhams a été versée pour les ménages de deux personnes ou moins ; 1.000 dirhams pour les ménages formés de trois à quatre personnes et 1.200 dirhams pour les ménages de plus de quatre personnes.
Ce sont des millions de ménages qui ont profité de ce dispositif inédit. Le Fonds spécial a permis de soutenir 800.000 personnes affiliées à la CNSS en arrêt de travail et 2,3 millions de familles détentrices de la carte Ramed impactées par la Covid-19, en plus de deux millions de ménages non Ramédistes. Aujourd’hui et alors que le système économique est en train de donner des signes de reprise, le Maroc met en application une véritable stratégie pour la relance. Plusieurs mesures et réformes stratégiques avaient été annoncées par Sa Majesté le Roi Mohammed VI dont un programme de relance économique ambitieux d’une enveloppe de 120 MMDH.

Ce financement, qui représente près de 11% du PIB, sera injecté dans l’économie à travers 75 MMDH de crédits garantis par l’État à tous les segments d’entreprises, dont les établissements et entreprises publics, et la mise en place du «Fonds Mohammed VI pour l’investissement» qui va mobiliser 45 MMDH. Selon la Direction du Trésor et des finances extérieures (DTFE) relevant du ministère de l’économie et des finances, le Fonds devra jouer un rôle de premier plan dans la promotion de l’investissement et le relèvement des capacités de l’économie nationale. Il interviendra pour doter les secteurs productifs du soutien nécessaire et pour financer et accompagner les grands projets dans le cadre de partenariats public-privé». Une allocation de 15 MMDH venant du budget de l’État devra encourager les partenaires marocains et internationaux à accompagner les interventions du Fonds et à contribuer aux projets d’investissement dans l’avenir proche.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *