Intempéries, dégâts, réclamations : Lydec tient à faire le point

Intempéries, dégâts, réclamations : Lydec tient à faire le point

Face aux récentes fortes précipitations, Lydec poursuit sa mobilisation.

« Les fortes pluies enregistrées les 6 et 7 janvier ont atteint 70 mm en cumul sur certaines zones, ce qui représente une pluie de période de retour de cinquante ans », tient à expliquer Lydec dans un communiqué daté du 7 janvier 2021, soulignant que les débordements constatés sont essentiellement dus à la saturation des réseaux sur des points sensibles identifiés, ne permettant pas d’absorber des pluies de forte intensité et des zones non encore équipées en réseaux d’assainissement pluvial.  L’entreprise assure qu’elle est à la disposition de ses clients pour traiter l’ensemble de leurs réclamations et pour ceux qui ont subi des dégâts suite aux débordements, Lydec précise que : «chaque cas sera étudié avec l’appui d’une expertise qui déterminera les responsabilités». Elle regrette par ailleurs, les désagréments causés par cet événement pluvieux aux habitants et opérateurs du Grand Casablanca et les assure de la totale mobilisation de ses équipes à leurs côtés pour assurer la continuité des services.

Missions et engagements

L’entreprise explique qu’elle assure ses missions dans le cadre d’un contrat de gestion déléguée qui définit les engagements du délégataire en termes d’exploitation des réseaux et d’investissements selon, en particulier un programme d’entretien et de curage des réseaux et des ouvrages. « Tout au long de l’année, Lydec veille au bon fonctionnement de plus de 6.800 km de réseaux d’assainissement liquide, de plus de 150 stations de pompage et de 130 bassins de rétention des eaux pluviales », relève l’entreprise dans ce même communiqué, ajoutant qu’elle mène plusieurs actions préventives pour entretenir les ouvrages et renforcer la capacité de transfert du système de collecte des eaux usées et pluviales.  A titre rappel, le délégataire tient à préciser qu’il met en œuvre de façon systématique « sur toute l’année et autant que nécessaire et particulièrement en préparation de la saison pluviale un programme de maintenance préventif et curatif du réseau d’assainissement liquide, un programme de curage manuel et hydraulique du réseau et des tournées systématiques avant, pendant et après chaque pluie au niveau de tous les points sensibles pour s’assurer de leur bon fonctionnement et effectuer des opérations d’entretien au besoin. Ainsi, ce programme de curage préventif des réseaux est mis en place pour disposer de la pleine capacité des collecteurs d’assainissement et prévenir les débordements. Durant l’année qui vient de s’écouler, près de 30.000 tonnes de sédiments correspondant à divers déchets contenus dans le réseau et les ouvrages ont été extraites. Plusieurs actions ont été menés et le planning ainsi que le rapport détaillé de ces différentes actions sont régulièrement envoyés aux autorités concernées du Grand Casablanca (Autorité Délégante, Wilaya, Préfectures, Arrondissements et Communes). Du côté du programme d’investissement, Lydec indique qu’elle est encadrés par les dispositions contractuelles. Dans ce sens, ses investissements sont réalisés selon les besoins définis dans les schémas directeurs validés et sont priorisés en fonction de leur impact sur la continuité de service et des ressources financières disponibles et allouées conformément aux dispositions du Contrat de gestion déléguée. «Les programmes annuels d’investissements sont validés par le Comité de Suivi de la Gestion Déléguée», précise la même source, soulignant que les projets d’assainissement liquide, notamment les collecteurs des eaux pluviales, sont réalisés en fonction des capacités d’investissements disponibles. «Ils visent à renforcer et/ou à étendre les réseaux, afin d’accompagner le développement de la ville, et à contribuer à réduire l’impact des débordements sur des points identifiés comme nécessitant des renforcements », relève-t-on.

26 milliards de DH investis depuis 1997

Depuis sa prise de service en 1997, la Gestion Déléguée a investi environ 26 milliards de DHS dont environ 45% dédiés à l’assainissement liquide. Ce qui a permis de résorber de nombreux points d’inondations, selon l’entreprise qui assure que ses engagements d’investissements contractuels: «ont été respectés et se poursuivront dans les années à venir selon les modalités du Contrat de gestion déléguée et dans le respect du Schéma directeur de l’assainissement liquide ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *