Jeunesse : L’opportunité Covid-19

Jeunesse : L’opportunité Covid-19

Le Maroc célèbre la Fête de la jeunesse dans un contexte marqué par de nouveaux défis

«Un jeune ne peut être appelé à jouer son rôle et à remplir son devoir sans avoir préalablement bénéficié des opportunités et des qualifications nécessaires. A ce jeune, nous devons offrir du concret, particulièrement en termes d’enseignement, d’emploi, de santé et dans bien d’autres domaines. A ce jeune, nous devons donner espoir et confiance en son avenir».

L’année 2020 sera exceptionnelle à tous les niveaux. Alors que le Maroc menait une profonde réflexion sur son modèle de développement, la Covid-19 est venue tout chambouler à l’échelle planétaire. Certes, la pandémie a eu un impact lourd sur les plans sanitaire, économique et social dans le monde et au Maroc mais elle présente aussi de nombreuses opportunités. Les jeunes ont été parmi les plus touchés puisque la pandémie est venue secouer un certain nombre de concepts préétablis, notamment dans le système éducatif et dans le monde de l’emploi. Après l’amortissement des premiers chocs, l’heure est à la mobilisation pour relancer la machine. C’est dans ce contexte que le Maroc célèbre aujourd’hui la Fête de la jeunesse.

Au fil du temps, cette occasion est devenue un rendez-vous pour faire le point sur les réalisations et les principaux défis pour les jeunes. Il faut dire que la jeunesse a été l’une des thématiques les plus présentes dans les discours royaux au cours des dernières années.
Dans ce sens, le discours royal prononcé le 20 août 2018 représente une véritable feuille de route pour l’action publique en faveur des jeunes afin de répondre à leurs principaux soucis, notamment au niveau de l’emploi et de l’enseignement. «Un jeune ne peut être appelé à jouer son rôle et à remplir son devoir sans avoir préalablement bénéficié des opportunités et des qualifications nécessaires. A ce jeune, nous devons offrir du concret, particulièrement en termes d’enseignement, d’emploi, de santé et dans bien d’autres domaines. A ce jeune, nous devons donner espoir et confiance en son avenir», avait souligné le Souverain. «En fait, l’insertion socioprofessionnelle n’est pas un privilège accordé aux jeunes. Car chaque citoyen, quel que soit le milieu dont il est issu, a droit aux mêmes opportunités et aux mêmes chances d’accès à un enseignement de qualité et à un emploi digne. C’est pourquoi le taux de chômage des jeunes qui reste élevé est pour Moi un vrai sujet de consternation», avait ajouté SM le Roi qui avait par la même occasion annoncé une batterie de mesures en faveur des jeunes. Un appel royal a été lancé pour «entreprendre une refonte globale des mécanismes et des programmes d’appui public à l’emploi des jeunes, pour les rendre plus efficaces et adaptés aux attentes des jeunes».
Il est question en outre de «donner la priorité aux spécialités qui permettent de trouver un emploi et instaurer un système efficace d’orientation précoce au niveau de la deuxième ou de la troisième année précédant le baccalauréat. Son rôle est d’aider les élèves, en fonction de leurs aptitudes et de leurs inclinations, à faire l’un ou l’autre des deux choix : s’engager dans une filière universitaire ou une formation professionnelle».

De plus, le Souverain avait appelé à «revoir en profondeur les spécialités de la formation professionnelle pour qu’elles répondent aux besoins des entreprises et du secteur public, et qu’elles soient en phase avec les transformations que connaissent les secteurs industriel et professionnel. Ainsi, les lauréats auront plus de chance de s’intégrer professionnellement».
Enfin, il est question de la mise en place «des mécanismes pratiques pour améliorer qualitativement les dispositifs incitant les jeunes à créer de petites et moyennes entreprises dans leurs domaines de spécialité et pour appuyer les initiatives d’auto-emploi et de création d’entreprises sociales».
Actuellement et alors que le Maroc mène une riposte contre la pandémie, il est certain que les leçons tirées de cette épreuve vont permettre d’adapter les politiques en faveur des jeunes de sorte à remonter les contraintes mais également et surtout saisir l’opportunité Covid-19.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *